Tout a commencé dans le calme à Malonne. Quelques dizaines de personnes, opposées à la présence de Michèle Martin au monastère des Clarisses, se sont regroupées samedi matin. Aucune demande officielle de rassemblement n'avait été faite, la manifestation ayant été organisée via le réseau social Facebook. Mais les manifestants étaient peu nombreux et exprimaient leur mécontentement sans excès: "Il y a quelques dizaines de personnes tout au plus pour l’instant. Cette manifestation a été lancée à l’appel de trois jeunes Bruxellois via les réseaux sociaux, via Facebook et Twitter notamment. On ne peut pas dire que c’est vraiment un succès pour l’instant. Il y a bien un autobus qui vient de débarquer des manifestants depuis la gare de Namur. Des gens venus de tous les horizons, de tous les âges, très calmes. Certains avec des pancartes, des petits motifs revendicatifs, mais ça se limite à ça pour l’instant", a expliqué notre journaliste Dominique Henrotte en direct sur place dans le Journal de 13 heures.

 

Cris et insultes

Mais quelques minutes plus tard, les manifestants ont été rejoints par une dizaine d'extrémistes. Ces derniers ont d'abord fait exploser quelques pétards et ont proféré des cris et des insultes à l'encontre de Michèle Martin. Mais la situation était alors encore relativement calme. C'est peu après 14h30, alors que le rassemblement semblait toucher à sa fin, que quelques individus ont provoqué les forces de l'ordre qui bloquaient l'accès au couvent des soeurs Clarisses à Malonne. Les quelques manifestants s'en sont violemment pris aux barrières nadar qui les séparaient des policiers. Ces derniers ont également été victimes de jets de pierres.

 

Dispositif de police renforcé

Comme prévu, le dispositif de police s'est élargi en fonction des circonstances. Les policiers ont dû faire usage de leur matraque et de leurs sprays au poivre. Deux individus ont été interpellés par les forces de l'ordre. L'un a déterré un panneau routier et a tenté de le lancer sur les policiers. Le second a volé le bouclier de l'un des policiers lors d'une échauffourée.

Vers 15h30, quelques dizaines de manifestants se trouvaient encore à proximité du couvent, et le calme a petit-à-petit regagné le village de Malonne. "Le calme est revenu à proximité du barrage de police qui a été malmené ce samedi à Malonne. Il y a encore une trentaine de personnes réunies autour des barrières nadar mais tout se passe désormais dans une ambiance bon enfant", a précisé notre journaliste Dominique Henrotte en direct du journal de 19 heures.