En ce moment
 

Une Louviéroise dénonce les méthodes d'un vendeur de contrat d'énergie: "Je me demande combien de malheureux il a embobinés"

Une Louviéroise dénonce les méthodes d'un vendeur de contrat d'énergie:
 

L'homme peu scrupuleux vend des contrats pour Essent, le fournisseur belge de gaz et d'électricité qui nous a indiqué que le comportement de cette personne était inacceptable.

Une habitante de la Louvière s'est sentie complètement manipulée par un vendeur d'Essent, fournisseur belge d'électricité et de gaz naturel, le 13 mars dernier. "Lundi vers 17h, un homme a sonné à ma porte. Lorsque j'ai ouvert, j'ai vu qu'il y avait d'autres personnes qui sonnaient chez mes voisins. L'individu ne s'est pas présenté. Il a sorti une carte sans donner son nom et l'a rangée très rapidement. Je n'ai pas eu le temps de voir de quoi il s'agissait", commence Isabelle, 36 ans, via notre bouton orange Alertez-nous.

Elle nous décrit ensuite la stratégie que le commercial a déployé pour la convaincre de signer un contrat. "Il m'a demandé chez quel fournisseur j'étais. J'ai répondu "Luminus". Il m'a alors sorti une carte Luminus en m'expliquant qu'il travaillait aussi pour eux avant. Après cela, il m'a demandé si j'étais au courant que c'était devenu EDF (NDLR: le géant public de l'électricité en France)", détaille Isabelle. Le vendeur ne ment pas: EDF est bien devenu l'actionnaire majoritaire de Luminus. Mais ce qu'il ne précise pas, c'est que ce n'est pas du tout récent. La prise remonte à... 2009, soit il y a 7 ans.

Selon la trentenaire, le vendeur a livré des explications telles qu'elle ne comprenait pas que la signature du document qu'elle allait signer la ferait changer de fournisseur. "Il m'a dit: 'On vient vous faire signer des papiers pour passer au tarif "belge" pour éviter les frais car là, vous payez au tarif français. Grâce à cela, vous allez profiter du tarif nuit pendant le jour et cela durant plusieurs mois'. Il m'a dit qu'à partir du mois de mai, ma facture allait diminuer. Mais à aucun moment il m'a dit qu'il travaillait pour un autre fournisseur. Il m'a fait croire qu'on était au mauvais tarif et qu'il reprenait tous les clients dont les fournisseurs étaient à l'étranger", précise la femme. Et afin d'achever de convaincre Isabelle, il aurait, selon elle, ajouté que tout l'immeuble d'en face avait déjà signé.


"Tout cela s'est passé très vite"

Toujours sur le seuil de sa porte, la Louviéroise finit par signer un document sur lequel est écrit "pour les clients particulier en Région wallonne".

"Il a utilisé des termes compliqués. J'étais embrouillée. Il a laissé ses coordonnées et est parti. Tout cela s'est passé très vite. J'ai signé en toute confiance", avoue-t-elle.


"Il sème le doute dans l'esprit des clients"

Ce n'est qu'après avoir fermé la porte qu'Isabelle prend le temps de bien lire le contrat. Elle réalise alors qu'elle s'est engagée auprès d'Essent, qui est un fournisseur qui n'a rien à voir avec Luminus.

Se sentant bernée, la jeune femme rappelle immédiatement le vendeur qui lui avait laissé son numéro de téléphone. Énervée, elle lui dit qu'elle ne savait pas qu'il s'agissait d'un nouveau contrat. Elle demande à tout annuler.

L'homme lui dit accepter de supprimer l'accord. Mais n'ayant aucune preuve qu'il le fait effectivement, elle contacte Test-Achats et Luminus dès le lendemain matin. "Ils m'ont dit de faire une demande de résiliation à Essent via recommandé au cas où le vendeur ne l'aurait pas fait. Ils m'ont conseillé de prévenir les voisins et de porter plainte auprès du SPF économie, ce que j'ai fait", confie la trentenaire.

Cette dernière ne s'est pas arrêtée là. "Ensuite, j'ai téléphoné à Luminus afin de prévenir qu'un des démarcheurs d'Essent présentait une carte Luminus et semait le doute dans l'esprit des clients", raconte-t-elle.


Isabelle s'inquiète pour ses voisins

Si Isabelle veut dénoncer cette façon de procéder, c'est aussi car elle s'inquiète pour son voisinage essentiellement composé de personnes âgées. "Pendant que je parlais à cet homme, j'ai vu que ma voisine signait également le document d'un autre vendeur. Je me demande combien de malheureux ils ont embobinés", conclut Isabelle. Elle compte porter plainte contre le fournisseur belge pour "abus de confiance".


Essent condamne ce type de méthodes

Nous avons contacté Essent afin d'aborder le cas d'Isabelle. La société explique qu'elle travaille sous contrat avec d'autres entreprises. "Les vendeurs sont sur une liste d'entreprises avec qui on a des contrats et avec lesquelles on a des formations et des règles de conduite très strictes", déclare Barbara Janssens, la porte-parole d'Essent.

Pour le fournisseur belge d'électricité et de gaz naturel, la méthode utilisée par l'homme qui s'est présenté chez la Louviéroise est "inacceptable". Mais Essent tient à préciser qu'il s'agit d'un cas particulier. "On est très strict avec les contrôles de qualité de nos vendeurs. Ça peut arriver qu'une personne ne se comporte pas bien mais cela est vraiment très rare. Cela se produit de moins en moins car on a beaucoup travaillé sur la qualité de nos vendeurs. Mais on ne peut jamais exclure un cas particulier", détaille la porte-parole avant d'ajouter que lorsque ce type de cas est signalé, l'entreprise effectue un examen en interne.

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos