"2 ans qu'on attend, on veut être remboursé!": la start-up carolo Slidenjoy a-t-elle abandonné son projet novateur de triple écran?

 
start-up

Des rumeurs d'abandon du projet belge, largement soutenu sur Kickstarter (un site de financement participatif) en 2015, émanent sur la toile, à côté du témoignage d'un client en colère reçu via Alertez-nous. Prévues pour la fin de l'année 2015, les livraisons n'ont pas encore eu lieu. Le projet, pourtant, est toujours bien sur les rails, comme nous l'a confirmé un des fondateurs.

Le crowdfunding est la révolution économique de l'ère numérique. Le principe de récolter des fonds pour un projet via une plateforme web, typiquement en permettant à n'importe qui de précommander un objet ou un service, a déjà soutenu des dizaines de jeunes entrepreneurs. Ceux-ci ont pu juger l'engouement concret du grand public et rassembler de l'argent pour mener à terme leur projet.

Mais il y a des travers dans cette pratique très répandue, le premier étant le retard parfois très conséquent de la concrétisation des projets, dû au manque d'expérience des jeunes 'CEO' ou à leur ambition débordante. On parle souvent de plusieurs mois, parfois de plusieurs années de retard par rapport aux délais annoncés.

C'est le problème que rencontre le très original projet carolo Slidenjoy, dont RTL info vous présentait l'idée de base dans le 13h du 1er juillet… 2015.

Deux ans plus tard, aucun Le Slide (c'est le nom de cet accessoire pour ordinateur portable qui triple le nombre d'écran et donc l'espace de travail) n'a été fourni aux 'backers', ceux qui ont précommandé en faisant un paiement d'environ 300€. Sur la page de la campagne Kickstarter, on parle pourtant d'une livraison en décembre 2015.

"Ils ne veulent pas nous rembourser"

Ces délais non respectés, les promesses non tenues et un manque de communication ont profondément agacé une personne qui a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous, mais qui souhaite rester anonyme.

"Moi et mes collèges, cela fait maintenant deux ans que nous avons commandé [Le Slide] sur leur site. Le projet est soi-disant toujours en cours d'élaboration. Nous aurions dû nous douter de ne pas tomber dans le piège d'une société belge tentant de faire de l'informatique... surtout des gens de Charleroi. Nous avons demandé à être remboursé et ils ne veulent pas. Un recours en justice est en cours de formation", nous a écrit ce client frustré par deux ans d'attente.

Après la campagne de crowdfunding qui a largement dépassé son objectif initial de 300.000€ (1.626 personnes ont donné au total 600.000€), Slidenjoy a en effet mis en place un système de précommandes via un acompte (entre 60 et 150€) à payer directement sur son site web. Lors de la disponibilité effective de l'accessoire, l'acheteur devra alors s'acquitter du solde. Environ 10.000 amateurs, au total, ont déposé un acompte.

Les craintes de notre témoin sont partagées par quelques articles sur le web, évoquant une possible arnaque. Le site tech français Clubic se demande par exemple si "le projet sortira un jour", tandis que Kickscammed, qui prétend repérer les projets Kickstarter trop ambitieux pour honnêtes, dit le plus grand mal de Slidenjoy.

kik
La page de la campagne Kickstarter, avec la date de livraison initiale

 

Que dit Slidenjoy ?

Nous avons contacté l'équipe carolo qui est à l'origine du projet. Il s'agit de trois personnes, deux jeunes (Thomas et Charlee) et un homme d'affaire plus expérimenté, Laurent Wéry. C'est ce dernier qui a répondu à nos questions, balayant immédiatement les rumeurs d'abandon du projet.

"On en est à 25.000 heures de recherche et développement, et là on attaque la fabrication des moules en acier trempé, une opération qui prend beaucoup de temps et coûte 1,5 million d'euros", nous a-t-il expliqué.

Le cofondateur de Slidenjoy admet cependant un gros retard. "On avait donné un délai impossible à respecter, par manque d'expérience dans le domaine". Face au succès des précommandes, et au nombre important de personnes qui ont donné des centaines d'euros pour ce qui n'était alors qu'une idée, beaucoup de regards étaient portés sur l'avancement du projet. Il y a donc eu quelques déçus, et on peut les comprendre.

"Il y a environ une soixantaine de personnes qui sont assez agressives, qui veulent être remboursées car les délais sont trop longs. Mais on ne remboursera pas, c'est indiqué dans les conditions générales de Kickstarter, et en plus cela pourrait avoir un effet boule de neige. Les 10.000 autres personnes qui ont précommandé ? Ils ne sont pas contents non plus, mais c'est comme ça, tous les projets ont du retard".
 

Présenté en janvier 2018, assemblé à Charleroi, livré dans la foulée

Personne ne sera remboursé, mais tout le monde sera livré, assure Laurent Wéry. "Nous, on ne s'inquiète pas, on a la banane, on n'a aucun problème de financement". Les responsables multiplieraient en effet les signatures de contrat dans le monde entier, et continueraient de trouver des soutiens, notamment aux Etats-Unis.

D'ailleurs, Slidenjoy affirme qu'il sera au CES 2018, le plus grand salon des nouvelles technologies, qui se tient chaque début d'année à Las Vegas. "On a notre stand, c'est fait. On présentera le produit final, puis les premières livraisons commenceront".

L'équipe, qui se fournit bien entendu en composants (y compris les écrans) auprès des plus grands fabricants en Asie, va bel et bien assembler 'Le Slide' à Charleroi. "Cela ne demande pas beaucoup de main d'œuvre, donc ça ne coutera pas tellement plus cher de l'assembler chez nous".

entra
La probable future chaîne d'assemblage

Conclusion: juste des gros retards, pas d'arnaque

En conclusion, on reprochera à Slidenjoy un manque de prévoyance dans les délais ("mais si on avait dit 3 ans, personne ne nous aurait soutenu", précise Laurent Wéry), et un manque de communication par rapport aux retards envers les nombreux 'backers'.

Mais ceux-ci feront au final une grosse économie, car ceux qui ont (pré)acheté un Slide via Kickstarter ont payé 299€ pour un accessoire qui au final sera commercialisé sans doute le double, car au niveau du prix également, l'équipe avait vu trop court au départ.

Slidenjoy semble travailler d'arrache-pied pour concrétiser son projet de double écran venant se coller à l'arrière de votre ordinateur portable. "Venez nous rendre visite à Charleroi, vous pourrez l'essayer et voir à quel point on avance", a conclu l'un des fondateurs. 

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Les titres

Vidéos

vidéos