Une ville nouvelle est en passe d'être construite par l'entreprise Beijing Taihe Real Estate Development, et celle-ci s'appellera "ThaiHot Mansion and Courtyards by the Canal". Une cinquantaine de propriétés est disponible à la vente, dont douze villas qui dépassent les 47 millions de dollars chacune.

La maison la plus "abordable" coûte tout de même la bagatelle de 4,7M$, mais les promoteurs n'ont pas lésiné sur les luxueuses prestations proposées. Par exemple, chaque villa est équipée de robinetterie dorée (7.865$) et de lustres en cristal avoisinant les 23.500$.

A ce prix là, les promoteurs proposent aussi des sols en marbre noir d'Italie, des piscines romanes (à l'escalier roman de forme arrondie), des caves à cigares, voire même des pièces secrètes blindées, cachées derrière des bibliothèques.

Shen Linan, en charge de l'immobilier pour ThaiHot a confié au site Red Luxury que les villas ciblaient "les personnes les plus prospères de toute la Chine".

En quatre ans, le prix des propriétés de luxe en Chine a doublé, malgré une légère baisse de 2,42% en 2011, selon le "2012 Luxury Consumer Price Index", compilé par le consultant Huren Report.

Une villa dans la quartier de Shimao Sheshan à Shanghai peut désormais se vendre dans les 11M$, alors que les prix plafonnaient à 5,9M$ en 2007, selon cet indice.

Car les plus riches entrepreneurs chinois semblent épargnés par la crise économique mondiale. 2011 a été une année record dans le pays, où le nombre de milliardaires est passé à 271, soit plus du double des 130 enregistrés en 2009.