"Nous sommes en train d'étudier cet incident", a déclaré le patron de Scotland Yard, Bernard Hogan-Howe, devant une commission parlementaire des Affaires intérieures qui enquête sur le scandale des photos du prince Harry.      

"Notre rôle est de veiller à la sécurité des personnes à protéger. Elles doivent mener une vie normale et nous devons trouver le juste milieu entre l'intrusion dans leur vie et leur sécurité. Il y a une ligne rouge à ne pas franchir, à savoir ne pas être impliqué dans la vie sociale" des individus à protéger, a-t-il estimé, défendant ses hommes chargés de protéger le prince.      

Harry, 27 ans et troisième dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre, a défrayé la chronique le mois dernier en apparaissant nu sur des photos prises lors d'une partie de "strip-billard" à Las Vegas.     

Deux clichés embarrassants montrant le fils du prince Charles et de la princesse Diana ont été publiés par un site internet aux États-Unis, avant de faire le tour de la toile et des médias.      

Au Royaume-Uni cependant, où le prince Harry bénéficie d'une immense popularité, seul le quotidien le Sun les a publiées, les autres journaux se conformant à la demande de la famille royale de ne pas les diffuser.      

Des médias britanniques avaient critiqué les officiers de sécurité du prince pour avoir laissé des protagonistes de la partie de "strip-billard" prendre ces photos.