En ce moment
 

Dossier royal: un royal baby numéro 3 pour Kate et William, Charlotte ne sera plus la star

Dossier royal: un royal baby numéro 3 pour Kate et William, Charlotte ne sera plus la star
 

L’angoisse de William

Comme toujours, le début de grossesse est difficile pour Kate. William a avoué que cette période était "toujours aussi angoissante" mais que par la suite, tout irait mieux. Troisième grossesse et troisièmes symptômes d’hyperémèse gravidique pour la duchesse de Cambridge. Comme chaque fois, Kate souffre de fortes nausées et de vomissements à ce stade et elle doit être suivie de près par les médecins pour qu’elle ne perde pas trop de poids. Fidèle à son habitude, William a partagé ses émotions et joué la carte de la transparence en décrivant cette période très particulière que vit sa famille : "Nous avons seulement besoin que Catherine se remette et passe cette phase, après quoi nous pourrons commencer à fêter cela la semaine prochaine".


Bébé de William et Kate : dur d’être le numéro 3 !

Une position difficile pour un petit prince. Fille ou garçon, le bébé de William et Kate sera le troisième petit prince des Cambridge. Demandez à Françoise Dolto ce qu’elle en pense, la troisième position est toujours difficile à tenir dans une fratrie… et encore plus dans une fratrie royale !

WilliamKate

Avec le temps qui avance, la position des cadets est devenue plus délicate à définir. La grande époque des mariages royaux dynastiques est désormais révolue et il reste peu de nouvelles couronnes à pourvoir. Dès lors, les princes restent généralement dans leur pays et ils doivent trouver une place au sein du dispositif de la couronne. A ce titre, l’exemple anglais est particulièrement parlant… Remontons à la génération des enfants d’Elizabeth. A côté de Charles, la princesse Anne ainsi que les princes Andrew et Edouard jouent un rôle actif au sein l’institution royale. La princesse royale remplit un nombre impressionnant d’obligations et Andrew fut longtemps le militaire de la famille, élevé au rang de héros national, après la guerre des Malouines.

Là où les choses se compliquent, c’est quand les princes veulent se lancer dans une carrière professionnelle propre. Le prince Edouard avait créé une société de production télévisuelle mais il avait été obligé de jeter le gant. Même cas de figure pour son épouse, Sophie Rhys-Jones qui avait manifesté sa volonté de poursuivre ses activités dans le secteur des relations publiques après son mariage princier. Elle avait utilisé son nom pour faire du business. Un mélange des genres à haut risque qui avait fait scandale dans la presse. De toute évidence, il n’est pas simple d’éviter le conflit d’intérêt quand royal et commercial se mêlent et s’emmêlent. Morale de l’affaire, Sophie se contente désormais d’assurer son rôle de comtesse de Wessex. Autant de bonne leçons à méditer en élevant un petit prince numéro 3 !


Bébé de William et Kate : les princes cadets sont les plus cools ?

Pour vivre heureux, vivons cadets ! En grandissant, le nouveau bébé de Kate et William pourra observer les exemples de ses grands aînés. Avant de devenir prince régnant de Monaco, Albert II a été préservé de l’intérêt des médias, grâce à l’omniprésence de ses sœurs sur la scène médiatique. Stéphanie a longtemps rempli le rôle d’électron libre de la famille Grimaldi. Se moquant des conventions, la princesse a toujours fait passer son indépendance avant le respect des convenances et cette liberté est pour beaucoup dans sa popularité. A l’époque, une princesse star de la chanson faisait scandale. Aujourd’hui, une ancienne présentatrice du journal télévisé est devenue reine d’Espagne.

En Norvège, c’est aussi la cadette de la famille qui a bousculé les habitudes de la famille royale. La princesse Martha Louise a souvent provoqué l’incompréhension par les choix qu’elle a posés dans sa vie. Tout d’abord son mariage avec Ari Behn, un dandy écrivain qui n’a pas hésité à se montrer critique à l’égard de la famille royale… et dont elle a fini par divorcer. La jeune femme a imposé ses choix à travers des activités anticonformistes. Elle a commencé par rédiger des histoires pour les enfants et lire des contes à la télévision. Ensuite, elle a décidé de vivre sa véritable passion en renonçant à son prédicat d’altesse royale pour ouvrir une école et permettre à ses étudiants de partir à la recherche de leur ange gardien. On est, convenons-en, bien loin des obligations protocolaires.



Princesse Charlotte, la nouvelle star devra partager

Charlotte sera bientôt grande sœur. Avec le nouveau bébé à venir, Charlotte ne sera plus la cadette. Les premiers pas en public de la petite princesse ont constitué un événement historique : elle accédait au statut de mini-star et chacune de ses apparitions lançait une nouvelle tendance. Sur ce chapitre-là aussi, Kate ne laisse rien au hasard. Pièces en harmonie avec ses propres toilettes et grands classiques sont au rendez-vous.

Charlotte

Même si ses apparitions publiques se comptent sur les doigts d’une main, Charlotte a déjà réussi à imposer son style. On devine les goûts de sa maman à travers le choix des souliers vernis, des cols Claudine ou des petites barrettes qui domestiquent les mèches rebelles. Si elle oscille entre classicisme bon teint, sportswear façon gentry et accents couture, Kate s’affirme très traditionnelle pour les choix vestimentaires de ses enfants. Il reste à voir comment Charlotte (qui a un sacré caractère) acceptera de partager la vedette avec son nouveau petit frère (ou sa nouvelle petite sœur). Pour le moment, c’est loin d’être gagné !


William, un papa trop inquiet ?

Sa plus grande angoisse est de ne pas passer assez de temps avec ses enfants. Selon le duc de Cambridge, c’est tout un monde qui bascule lorsque l’on devient papa. "Vous êtes affecté par les choses qui se passent dans le monde et d'autant plus, je pense, en tant que père, parce que vous réalisez à quel point la vie est précieuse et ça remet tout en perspective, comme l'idée de ne pas être là pour voir ses enfants grandir et ce genre de choses".

Ces derniers mots sont lourds de sens. Ils révèlent les blessures encore ouvertes d’un jeune garçon qui a perdu sa maman alors qu’il n’était âgé que de quinze ans. Lors d’un discours dans une association, le prince avait expliqué que "le deuil était la pire expérience qu’un parent ou un enfant puisse endurer". Qui mieux que lui peut comprendre les ravages de l’absence quand la personne que vous aimez le plus a été ôtée à votre affection ? Il ne faut pas s’étonner si cette nouvelle paternité a eu autant d’influence sur son caractère. "Je suis beaucoup plus émotif que je ne l'étais avant". Une révélation qu’il précise et qui révèle à quel point il peut, aujourd’hui, se montrer inquiet : "Je n'étais jamais trop préoccupé ou soucieux mais maintenant la moindre petite chose peut - et je m'en rends compte - m'inquiéter un peu plus". Avec ce nouveau bébé, nous verrons si le daddy le plus sweat du royaume s’est un peu endurci.

 

Par Patrick Weber

Chroniqueur royal RTL

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos