Dossier royal: le top 5 des princesses REBELLES

Dossier royal: le top 5 des princesses REBELLES
 
Dossier royal

Les princesses d’aujourd’hui n’ont plus froid aux yeux !

On peut être princesse et ne pas avoir envie de jouer aux héroïnes de conte de fées. Aujourd’hui (plus qu’hier), des altesses ont choisi de bousculer les conventions pour n’en faire qu’à leur tête. Elles n’ont plus peur de choquer et elles n’hésitent même pas à faire passer leurs propres choix avant les convenances du protocole.

Mais qui sont les plus grandes rebelles du gotha royal en Europe ? Nous avons dressé le hit-parade de ces princesses qui ne croient pas toujours au prince charmant.


N°1 : Stéphanie de Monaco : elle est libre Steph’ !

En voilà une qui mérite la première place à notre hit-parade des princesses rebelles. 

Depuis son plus jeune âge, Stéphanie a révélé un tempérament bien trempé. Longtemps considérée comme un garçon manqué, elle a refusé de suivre le parcours d’une altesse ‘normale’. Son Altesse a non seulement rejeté les conventions de la cour mais elle a aussi imposé ses choix. Sur le chapitre des sentiments, elle a défrayé la chronique en tombant amoureuse de ses gardes du corps ou d’artistes de cirque. Elle s’est lancée dans la chanson, est devenue maman sans être mariée et a même choisi, un temps, de vivre dans un camping-car. Les magazines people ont crié au scandale mais Stéphanie est toujours restée fidèle à elle-même et à ses engagements.

En devenant maman, elle a trouvé un nouveau sens à sa vie. En choisissant d’être une icône de la lutte contre le sida, elle a forcé l’admiration générale. En sauvant des éléphants d’une mort certaine, elle a prouvé qu’elle n’avait pas renoncé à ses idéaux. A 52 ans, Stéphanie a trouvé la sérénité et n’a jamais été aussi heureuse. Derrière la rebelle se cache une vraie et belle personne.


N°2 : Charlène de Monaco : princesse ou pas ?

De mémoire de chroniqueur royal, on n’a jamais vu une princesse comme Charlène. L’épouse du prince de Monaco joue son rôle de princesse-consort… mais pas toujours ! Elle apparaît de temps à autre au premier plan lors des cérémonies officielles et d’autres fois, elle brille royalement par son absence. Même chose pour les voyages officiels où Charlène laisse souvent son époux accomplir sa mission tout seul. Dans une de ses rares interviews, Charlène explique qu’elle veut d’abord tenir pleinement son rôle de maman. Une maman plein temps, ce n’est pas courant dans le gotha. Et tant pis si ça fait grincer quelques dents, Charlène fait comme il lui plaît !

Plus tard, il sera toujours temps d’entrer pleinement dans son costume de princesse. Cette manière bien à elle d’être présente tout en étant absente… c’est aussi cela être une princesse rebelle.


N°3 : Claire de Belgique : princière et discrète

 Pourquoi Claire décroche-t-elle la troisième place de notre classement ? N’est pas surprenant de la part d’une princesse qui apparaît tellement parfaite, sans aucun faux-pas depuis son arrivée dans la famille royale ? Tout simplement parce que Claire occupe une place particulière. L’épouse du prince Laurent aurait pu se retrouver plus d’une fois au cœur des débats, suite aux polémiques entourant son époux. Chaque fois, elle a réagi avec élégance et noblesse, refusant de s’abaisser à commenter des rumeurs. Très discrète dans l’exercice de ses prérogatives princières, Claire est une figure volontairement discrète de la famille royale. Et tant pis si ça bouscule les règles du protocole. Laurent est souvent seul lors des manifestations royales. On compte sur les doigts d’une main les apparitions de Claire qui ne recherche ni la lumière, ni les sirènes de la gloire.

Très populaire, sa manière à elle d’être rebelle, c’est de ne jamais succomber aux petits jeux médiatiques. Rien que pour cela, Claire est déjà une grande dame du gotha.


N°4 Mette-Marit de Norvège : princesse et déjà maman

Mette-Marit la rebelle est-elle rentrée dans le rang ? On oublie un peu vite à quel point son histoire d’amour avec le prince Haakon Magnus a défrayé la chronique. Non seulement elle était déjà une maman non mariée mais en plus son ‘ex’ Morten Borg traînait une réputation sulfureuse. On lui reprochait d’être un grand consommateur de stupéfiants et certains soupçonnaient sa compagne (la future princesse) d’avoir, elle aussi, glissé dans les paradis artificiels. Grâce à l’amour de son prince charmant, Mette-Marit a réussi à changer son image et à se glisser dans la peau d’une princesse convenable. Certes, on lui a reproché d’avoir peur de prendre l’avion (un sérieux handicap pour une princesse !) et de manquer de savoir-vivre royal (elle a fait de grands progrès) mais la jeune femme a fini par trouver sa place. Et son image de rebelle s’est peu à peu estompée.

Alors que le roi Harald V vient de fêter ses 80 ans en annonçant qu’il ne comptait pas abdiquer, Mette-Marit incarne le futur de la monarchie. Elle a aussi mis les points sur les ‘i’ en demandant à la presse de laisser son fils aîné Marius tranquille. Celui-ci ne veut pas être associé à la couronne, d’autant plus qu’il n’a aucun droit dynastique.


N°5 : Elisabeth de Belgique : la reine rouge… et la princesse ?

La future reine des Belges porte un joli prénom : Elisabeth, comme celui de son aïeule, l’épouse mythique du roi Albert Ier.

Pour autant, personne ne sait quel sera le tempérament de la souveraine en devenir. Une chose est sûre, si elle devait avoir le tempérament rebelle de son aïeule… cela risquerait de tanguer sérieusement au palais. Il faut dire que la reine Elisabeth n’a pas hésité à bousculer les conventions de la couronne.

Née dans la famille des Wittelsbach en 1876, la princesse Elisabeth est non seulement entrée dans l’histoire comme la reine infirmière mais aussi comme la créatrice du concours musical qui porte son nom. Dans ses vieilles années, la souveraine responsable s’est muée en ‘reine rouge’, capable d’entreprendre des voyages de l’autre côté du mur et même dans la lointaine Chine communiste. Comme quoi, il n’y pas d’âge pour devenir rebelle !

Patrick Weber. Retrouvez-moi tous les soirs dans "On refait le monde" sur Bel RTL à 18 heures et dans "Quelle Histoire !" chaque week-end sur Bel RTL.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos