SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.
    Tags :
Dossier:0

La plus belle cave du monde cherche un écrin pour créer un "Louvre du vin"!

Virginie Coenart , le

Michel-Jack Chasseuil, propriétaire dans les Deux-Sèvres d'une prestigieuse cave à vins et spiritueux unique au monde, a lancé les bases d'une fondation et espère le soutien de mécènes pour trouver un écrin à sa collection qu'il rêve de voir devenir un "Louvre du vin".

Avec quelque 40.000 bouteilles, dont 3.000 magnums, jéroboams ou impériales et 3.000 spiritueux du monde entier, la collection de ce retraité, qui se définit plutôt comme un "conservateur", est considérée comme une des plus belles caves du monde car elle recèle dans les sous-sols de sa propriété "les plus grands millésimes des plus grands domaines du monde entier", se targue son heureux propriétaire.
 
Composée au fil des ans depuis les premières bouteilles empruntées à son père après sa majorité, cette cave en forme de caverne d'Ali Baba regorge aujourd'hui de trésors jamais bus des plus prestigieux et coûteux vins de Bordeaux, de Bourgogne mais aussi d'Italie, d'Espagne, d'Allemagne, de Hongrie, d'Ukraine, d'Afrique du Sud, d'Amérique du Nord et du Sud, etc...
 
M. Chasseuil, retraité de chez Dassault et chasseur de trésor hors pair dans les salles de ventes depuis 1963, s'inquiète de "ne plus pouvoir faire face aux nouveaux milliardaires russes ou chinois".
 
Avec les hausses de prix faramineuses consécutives à l'engouement du marché asiatique depuis 2008, il s'inquiète de "voir partir à l'étranger les plus beaux flacons".
 
"Toutes ces bouteilles appartenant au patrimoine français", celles des crus exceptionnels de 2009 et 2010 ainsi que les millésimes mythiques de 1900, 1921, 1945, 1947, 1961, 1982, 1990, 2000 et 2005, "vont partir", s'alarme-t-il, ne pouvant se rendre à l'évidence que, par exemple, "la Joconde des Cognac", une bouteille de 1811 avec le buste de Napoléon incrusté achetée 5.000 euros, puisse "un jour quitter la France" si aucune institution n'en prend garde.
 
Fustigeant le manque d'appétence pour le vin des deux derniers présidents de la République, il implore aujourd'hui le Ministère de la Culture de jeter un oeil bienveillant sur son idée de "Louvre du vin".
 
Dans l'attente d'un mécène offrant un lieu pour installer sa collection, les statuts d'une fondation ont été déposés en préfecture en janvier, et Michel-Jack Chasseuil finalise "une liste de 12 sages qui décideront des grandes orientations" de la fondation dont le lancement est prévu "après les élections" sous la forme d'une grande dégustation, "sans doute à Paris".
 
En attendant, il se "met dans l'esprit" que sa collection ne lui appartient "bientôt plus".

Un futur Louvre du vin 

M. Chasseuil avoue préférer voir installé son "Louvre du vin" dans la région de Bordeaux, idéalement à Saint-Emilion où il a déjà repéré un emplacement dans les caves granitiques de la cité classée à l'UNESCO.
 
Mais il n'exclut pas l'idée d'un lieu dans la capitale et confie également que des fortunes se sont déjà tournées vers lui. "Des Chinois m'ont proposé 10 millions d'euros mais je leur ai dit que même à 50 je ne leur cèderai pas", dit-il, soulignant son "amour de la France" et le comparant à celui "qu'avait le général de Gaulle".
 
"Je veux faire une fondation ouverte à tout le monde, un patrimoine de l'humanité où un collectionneur qui viendra déposer une bouteille rare sente que cette collection lui appartient aussi un petit peu", explique l'homme aux 70 printemps qui dit se sentir "un petit peu seul dans cette aventure".
 
"J'ai la chance que ça m'arrive à moi de transmettre cette chose extraordinaire", dit-il, mais il tempête contre le ministère de la Culture qui "devrait être là pour dire haut et fort qu'il faut protéger" sa collection.

3566

 




Réagissez à cet article


Haut