SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Le virus du sida utilisé pour améliorer l'efficacité des médicaments anticancéreux

, le

Une équipe de chercheurs du CNRS révèle qu'il serait possible, à terme, de détourner le virus du sida pour lutter de façon plus efficace contre le cancer.

A travers une étude, publiée dans la revue scientifique PLoS Genetics, les chercheurs ont démontré que le virus du sida pouvait être détourné pour servir la santé de patients atteints du cancer. Ces travaux pourraient ouvrir la voie à de nouveaux traitements destinés à lutter contre la maladie, mais également contre d'autres pathologies.

Pour parvenir à cette découverte, les scientifiques se sont intéressés au processus de l'infection par le virus du sida. Ce dernier se sert des cellules humaines pour se multiplier, et muter en permanence. Cette caractéristique spécifique permet au virus de créer de nombreuses protéines mutantes, d'où la limite des traitements antirétroviraux.

Face à ce constat, les chercheurs ont tenté d'introduire un gène humain dans le génome du VIH, plus précisément la protéine "déoxycytidine kinase" (dCK), dont la spécificité est d’activer les médicaments anticancéreux.

Grâce au processus de multiplication du VIH, près de 80 protéines mutantes ont pu être testées sur des cellules tumorales. Résultat : un variant de la dCK a été mis en évidence au cours de l'étude. Ce dernier s'est révélé aussi efficace que la protéine originelle à des doses beaucoup moins importantes.

"Cette possibilité de diminuer les doses de traitements anticancéreux permettrait non seulement de réduire les problèmes de toxicité des composants et les effets secondaires, mais surtout d'améliorer l'efficacité des traitements", indiquent les principaux auteurs de l'étude.

2282

 




Réagissez à cet article


Haut