Radja Nainggolan en rajoute une couche: "J'aimerais bien voir ce que Roberto Martinez va faire si un joueur comme Eden Hazard arrive une minute en retard..." (vidéo)

Nainggolan en rajoute une couche:
 

La non-sélection de Radja Nainggolan pour le double rendez-vous de qualification à la Coupe du monde 2018 contre Gibraltar (9-0) et la Grèce (1-2) continue de faire parler. Cette fois, c'est l'émission Stadion sur VTM qui a sorti un entretien exclusif du joueur de l'AS Rome. Dans celui-ci, le milieu de terrain de 29 ans est revenu en long et en large sur cette affaire avant d'évoquer Roberto Martinez et le Mondial russe.

Dans la vidéo publiée sur la Toile et les réseaux sociaux par VTM, le Ninja explique qu'il ne sera pas "celui qui parlera en premier lieu. Je suis dans mon droit le plus strict. Lui (Martinez, ndlr) demander d'avoir une discussion, c'est admettre que j'ai fait quelque chose de mal. C'est compliqué d'en parler car il a ses principes et moi les miens. Je ne peux que respecter sa décision".

Nainggolan respecte donc la décision du sélectionneur mais ne la comprends pas. "Le sélectionneur me reproche un manque d'implication. 'Not enough focus', m'a-t-il dit. Je ne sais pas ce qu'il veut dire par là. Maintenant, on dirait que je suis le seul à être arrivé une fois en retard. Que fera-t-il le jour où dix joueurs arriveront en retard? J'aimerais bien voir ce qu'il va faire si un joueur comme Eden Hazard arrive une minute en retard...". Une allusion au fait que le médian est arrivé en retard à une séance tactique avant la rencontre face à l'Estonie en juin dernier.

Et de répéter qu'il ne veut pas mettre un terme à sa carrière internationale et qu'il vise la Coupe du monde. "Je me rappelle comment je me sentais quand j'ai raté le Mondial 2014 et je ressens la même chose maintenant. Si on ne me donne pas l'occasion de jouer, je ne ferai jamais partie du groupe. Je crois que je mérite de faire partie des 30. Je suis bien intégré dans le groupe. Je veux absolument y être".

Pour l'anecdote, on apprend que Nainggolan n'a pas regardé les Diables Rouges battre Gibraltar (9-0) car il savait "que ce serait une promenade" ni la Grèce (1-2) parce qu'il était, à ce moment-là, au parc d'attractions de Disneyland Paris avec sa famille.


Vos commentaires

Qualifs Mondial 2018

Qualifs Mondial 2018 Résultats

Top Facebook