Il y a peut-être de quoi rester bouche bée, sur l’écran de son ordinateur, le sismologue Michel Van Kamp a montré à notre journaliste Emmanuel Dupont l’enregistrement de vibrations équivalentes à un tremblement de terre inférieur à 1, autrement dit un micro séisme. C’était le 1er juillet dernier, à des moments précis de la soirée. À 23h59, à 00h11 et à 00h14, l’Observatoire Royal de Belgique à Uccle a enregistré des vibrations.

 

A chaque fois que la foule a exprimé sa ferveur, le sol se serait mis à trembler

Ce soir-là à proximité de l’observatoire, des centaines de supporters ont assisté sur une place publique au match des Diables contre les États-Unis. Et de toute évidence, à chaque fois que la foule a exprimé sa ferveur, le sol se serait mis à trembler. "On a effectivement clairement vu les heures qui correspondent aux marquages des buts. Et pas seulement pour le match Belgique-USA, mais aussi les autres matchs pour lesquels la Belgique s’est distinguée", a expliqué Michel Van Kamp.

 

Le sismomètre enregistre les mouvements de foule, les concerts à Forest national...

C’est un petit sismomètre qui enregistre en permanence les vibrations du sol. "Il faut quand même savoir que le sismomètre d’Uccle n’est qu’à 500 mètres de la place Saint-Job, donc c’est quand même très près et ce sont des instruments terriblement sensibles", a encore expliqué le sismologue. Ils sont donc sensibles au point d’enregistrer les mouvements de foule, le passage de trains de marchandises ou encore les vibrations émises par Forest national, la salle de concert située à quelques centaines de mètres.

Ces micros tremblements de terre sont détectés par les instruments de mesure, mais non ressentis par l’homme. Il y en aurait près de 8.000 par jour dans le monde. On savait que le foot pouvait faire trembler tout un pays, on sait dorénavant que les supporters sont capables de faire trembler la planète.