La cérémonie du tirage au sort du Mondial-2014 au Brésil a débuté vendredi à Costa do Sauipe (nord-est de Salvador de Bahia), avec un hommage à Nelson Mandela décédé la veille.

Une image sur grand écran de l'ex-président sud-africain et héros de la lutte anti-apartheid est apparue en ouverture de cet évènement, soulevant les applaudissements de l'assistance dans la salle. Le tirage au sort qui déterminera le programme des matches des 32 nations en lice dans cette 20e Coupe du monde (12 juin-13 juillet) devait intervenir par la suite.

A 17h45, le tirage à proprement dit débutera. Contrairement au barrage retour contre l'Ukraine, les Bleus n'auront pas cette fois leur destin en mains.

Zidane veut un groupe difficile

La procédure du tirage peut tout leur réserver, du sort enviable à l'infernal. La Fifa a décidé cette année d'un tirage préalable au tirage proprement dit, pour sortir du pot 4 une des neuf équipes européennes non têtes de série, dont la France, et l'envoyer dans le pot 2. Cette équipe européenne héritera alors forcément d'une tête de série sud-américaine du pot 1, Brésil, Argentine, Colombie ou Uruguay. Et cet Européen se retrouvera également avec un autre représentant du Vieux Continent resté dans le pot 4.

Le Portugal de Cristiano Ronaldo -"Ce qu'il fait sur le terrain est monstrueux, il est au-dessus de tout le monde" a dit de lui Zinédine Zidane- ne serait un cadeau pour personne.

"Zizou", justement, fait partie des huit anciennes stars du foot, une par pays ayant gagné la Coupe du monde, conviées à assister le secrétaire général de la Fifa Jérôme Valcke dans ce tirage qui sera diffusé en mondovision.

Et l'ancien capitaine des Bleus n'espère pas un tirage clément pour les Bleus: "La meilleure des choses serait de tomber contre des équipes difficiles, pour ne pas se dire +on va jouer des petites équipes+ mais pour se dire +il faut sortir de cette poule+. Peut-être que pour d'autres sélections ce n'est pas le cas, mais pour les Français, c'est le mieux".

Pour qui le "Groupe de la Mort" ?

Didier Deschamps, sélectionneur des Bleus, est-il de cet avis ? Alors que certains médias brésiliens pensent que la France aurait dû être placée d'office dans le pot 2 -car Européen le moins bien classé quand les têtes de série ont été arrêtées- ce n'est pas pour autant une nation protégée.

Aux répétitions du tirage au sort, il y a ainsi eu un Brésil, France, Australie, Italie, ont fait fuiter plusieurs médias. Soit un "groupe de la mort". Bien sûr, un scénario beaucoup plus paisible pourrait déboucher sur Colombie, Bosnie (bizuth de cette Coupe du monde), Iran et France.

Dans un pays où le football est roi et religion, le tirage déchaîne les passions et suscite les déclarations à l'emporte-pièce. Un exemple ? Bebeto, ancienne gloire de la Seleçao, aujourd'hui dans le comité d'organisation local de la Coupe du monde (COL), qui lance: "Ceux qui tomberont avec nous, le Brésil, seront battus. Les autres équipes doivent s'inquiéter, pas nous. Nous allons jouer avec l'appui de notre peuple, c'est une opportunité unique, que nous a donnée Dieu, de remporter un sixième titre mondial chez nous".

Bienvenue au Brésil!