Cyclisme: un duel Sagan/Van Avermaet arbitré par Uran aux GP de Québec et Montréal

Cyclisme: un duel Sagan/Van Avermaet arbitré par Uran aux GP de Québec et Montréal
Le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) et le Belge Greg Van Avermaet (BMC Racing Team) avant la première étape du BinckBank Tour, le 7 août 2017DAVID STOCKMAN
 

Un nouveau duel entre le champion du monde Peter Sagan et le champion olympique Greg Van Avermaet est annoncé au Canada vendredi et dimanche, là où les deux hommes s’étaient imposés l’an passé, le Slovaque à Québec, le Belge à Montréal.

Sur des circuits en ville destinés aux puncheurs, ce mano a mano pourrait être arbitré par Rigoberto Uran. Le Colombien, 2e du dernier Tour de France et vainqueur à Québec en 2015, se dit "au sommet de sa forme".

Sagan se dit lui "satisfait de (sa) condition" avouant toutefois ne pas savoir où il en est vraiment.

Après son exclusion au début du Tour de France (pour sprint irrégulier), le leader de la formation Bora a observé une longue coupure pour ne reprendre que début août au Binck Bank Tour (ex-Tour du Benelux), signant deux succès d'étape au passage.

"Je n'avais plus bénéficié d'aussi longues vacances estivales depuis des années", plaisantait mercredi le Slovaque. "Je manque donc peut-être un peu de fond mais j'ai l'avantage de me présenter très frais pour cette fin de saison."

Un fin de saison dont l'objectif prioritaire sera de remporter un troisième titre mondial à Bergen en Norvège, le 24 septembre.

"Québec et Montréal sont deux courses parfaites pour s'y préparer. Ce sont des circuits en ville, assez exigeants, et le niveau (World Tour) promet d'être relevé", explique-t-il.

Et il pourra mesurer son niveau par rapport à celui qui pourrait être son grand rival à Bergen, Greg Van Avermaet.

- Uran 'au top' -

"Mais réduire les Grands Prix de Québec et Montréal à un duel est réducteur. Il y a bien d'autres coureurs capables de s'imposer."

Van Avermaet acquiesce: "Il y aura du monde à surveiller mais je me sens capable de jouer les premiers rôles", assure le vainqueur du dernier Paris-Roubaix.

Le Belge a-t-il toutefois toujours ses jambes du printemps quand il avait aussi signé des succès à Gand-Wevelgem ou au GP de l'E3 ? Le leader de l'équipe BMC n'a en tous cas plus gagné depuis début juin au Tour du Luxembourg.

"Il me reste trois courses importantes à disputer cette saison: Québec, Montréal et les Mondiaux. Et j'espère bien en décrocher une des trois", affirme-t-il, tandis qu'à Québec, il sera bien inspiré de se méfier de Rigoberto Uran.

Le dernier kilomètre, en côte sur Grande Allée, convient parfaitement aux qualités du Colombien qui s'était imposé en 2015 en démarrant sous la flamme rouge.

Uran assure être "au top" et pas perturbé par l’arrêt annoncé de la formation Cannondale où il avait prolongé son contrat jusqu’en 2020.

Le Néerlandais Tom Dumoulin, 2e à Québec en 2014, est un autre candidat à la victoire. Mais le vainqueur du dernier Tour d'Italie reste modeste: "Il y a de meilleurs spécialistes que moi pour ces courses en circuit. En outre, je suis actuellement en phase de préparation pour les Mondiaux de contre-la-montre".

Si pour Sagan et Van Avermaet le danger ne viendra donc pas forcément de Dumoulin à Québec vendredi, les candidats à la victoire ne manquent pas. Les Belges Oliver Naesen et Tim Wellens, le Danois Jakob Fuglsang ou le Français Arnaud Démare par exemple.

Ce dernier, récent vainqueur de la Brussels Cycling Classic, est en forme et estime pouvoir réussir un truc à Québec sur un circuit qui lui convient mieux que Montréal où les côtes sont plus longues.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos