Martin Fourcade a eu la réaction d'orgueil attendue. Blessé par ses ratés à l'individuel et en final du relais, le Français a confirmé son rang de N.1 mondial en remportant dimanche la mass start, épreuve de clôture des Mondiaux-2012 à Ruhpolding.

Dans son sillage, Marie-Laure Brunet a arraché sa troisième médaille portant à huit le total de médailles françaises sur la neige bavaroise pour égaler le record de 1995 à Antholz-Anterselva (Italie).

Sous la pluie, Martin Fourcade a glané son 3e titre individuel des Mondiaux pour devenir l'égal de son compatriotes Raphaël Poirée et du légendaire norvégien Ole Einar Björdalen.

"Je savoure. Je réalise que j'ai fait quelque chose de grand", commentait sereinement le Catalan de 23 ans. C'est une satisfaction personnelle, pour fermer le bec de ceux qui pensaient que j'étais un mauvais tireur".

Il était "vexé" des doutes émis après sa 25e place à l'individuel et surtout après ses cibles manquées en conclusion du relais vendredi qui avait coûté l'or au quatuor tricolore.

Dimanche, il a tenu son rôle de chasseur derrière la proie allemande Andreas Birnbacher qui a finalement craqué au dernier passage sur le pas de tir alors que le Français touchait ses cinq cibles.

"Quand j'ai entendu le "oh" du public pour la cible manquée de Birnbacher, ça m'a transcendé", s'est souvenu le vice-champion olympique de Vancouver, capable grâce à sa vitesse sur les spatules de s'envoler seul vers la victoire, sans laisser le moindre espoir à ses poursuivants suédois Björn Ferry et Fredrik Lindstrom.

Cette victoire lui a permis de prendre ses distances avec le Norvégien Emil Hegle Svendsen, 18e seulement de la course, au classement général de la Coupe du monde. Et espérer brandir ce grand globe de cristal, voire des petits, à l'issue de l'ultime étape le week-end prochain en Russie.

Larguée en début de saison, Marie-Laure Brunet la termine en toute beauté en glanant la 8e médaille mondiale de sa carrière. Et cela en dépit d'une chute puis d'une confusion de la Russe Zaitseva venue prendre sa place lors du premier passage sur le pas de tir.

Insuffisant pour faire paniquer une Pyrénéenne déterminée, "combative du début à la fin", jusqu'au dernier tir debout où elle manquait une cible.

Si elle ne pouvait empêcher la Norvégienne Tora Berger de s'envoler vers sa 3e victoire (individuel et relais mixte), elle trouvait les ressources pour remporter le duel avec la Finlandaise Kaisa Mäkäräinen.

Pas question pour autant de s'arrêter en si bon chemin. "J'ai un classement général (de Coupe du Monde) à jouer et je ne veux pas laisser de points", a assuré l'Iséroise d'adoption qui vise la 7e ou 8e place la semaine prochaine en Russie.

Avec ses quatre médailles dont trois d'or, Berger a volé la vedette à Magdalena Neuner, qui n'a pu ajouter qu'une 10e place à son palmarès bavarois de quatre médailles aussi mais seulement deux du métal le plus précieux.

L'Allemande maintenait toutefois l'espoir de brandir le grand globe de cristal la semaine prochaine avant de prendre sa retraite à l'âge de 25 ans.