Pierre-Olivier Beckers, président du COIB, le Comité Olympique et Interfédéral belge, a estimé jeudi que les Jeux Olympiques de Londres, qui débutent vendredi par la cérémonie d'ouverture, seront "tout à fait réussis" si la Belgique décroche plus de médailles qu'à Pékin.

La Belgique avait ramené de Chine une médaille d'or avec Tia Hellebaut, porte-drapeau belge vendredi à Londres, et l'argent avec le relais 4x100m féminin. 

"Ils seront tout à fait réussis si c'est mieux qu'à Pékin, réussis avec 50% de top 8 et des records personnels. Le bilan de Pékin était un peu un drame. Il faut avoir des ambitions, créer un climat positif. Il faut que les athlètes sentent que le pays est derrière eux."     

 

Une médaille dès le début

Traditionnellement, une médaille tôt dans une compétition encourage toute une délégation, "même si c'est loin d'être une règle générale", a estimé Pierre-Olivier Beckers. "Le premier week-end est déjà important avec Charline Van Snick ou Tom Boonen. Cela peut booster toute la délégation. A Pékin, il a fallu attendre le dernier jour pour l'or de Tia, cela rendait tout le monde un peu nerveux. C'est vrai que l'on retient toujours les médailles. Et l'on n'oublie parfois ceux qui s'en approchent, comme Tim Maeyens 4e en skiff à Pékin."     

Le COIB a tenu compte aussi de Rio en 2016 dans sa sélection. "Pour amener des jeunes athlètes vers le sommet, il faut 8 ans", a précisé le président du COIB.