Tous les articles

Emilie Dupuis : 1 an déjà à Place Royale

Emilie Dupuis : 1 an déjà à Place Royale

La jolie présentatrice et jeune maman souffle sa première bougie dans l’émission des têtes couronnées. Pour l’occasion, elle nous livre plus de détails sur cette année qui vient de s’écouler.

Cette année est-elle passée plutôt vite, plutôt lentement ?

Emilie Dupuis : Cela fait un an que je suis au sein de Place Royale et j’ai la drôle impression que ça fait bien plus longtemps. J’ai appris énormément, niveau enrichissement professionnel et humain. Mais paradoxalement, cette année est passée très vite.

Qu’est-ce que tu as appris depuis que tu as rejoint l’équipe ?

E.D. : J’ai appris à présenter en duo avec Thomas de Bergeyck, ce que je n’avais jamais fait avant. Maintenant, en plus d’être animatrice et d’aller sur le terrain, je dois préparer mes sujets et mes questions en amont. Capter les images, aller en salle de montage, sélectionner les moments forts, installer sa voix off, choisir la musique : ce sont des choses que je ne faisais pas avant. On peut dire que c’est un vrai travail de journaliste. Ce qui est certain, c’est que, pour moi, cette année à Place Royale était la plus riche depuis que je travaille au sein d’RTL.

Es-tu  journaliste à présent ?
E.D. : J’ai étudié à l’IHECS et j’ai un master en communication. Par contre, je ne peux pas dire que je suis journaliste parce que je n’ai pas de carte de presse. Pour l’obtenir, il faut avoir travaillé minimum deux ans dans le domaine. Ceci dit, rien n’empêche qu’un jour, si j’en ai envie, je pourrais l’obtenir.

Qu’est-ce que ton expérience à Place Royale t’apporte au quotidien ?

E.D. : De la découverte, des voyages, des remises en question mais surtout une superbe amitié avec Thomas. Nous sommes devenus très confidents l’un et l’autre, ce qui débouche à une très belle relation. Je pense que notre complicité se ressent également sur le plateau.

Es-tu satisfaite de la façon dont Thomas, l’équipe et toi avez modernisé l’émission ?

E.D. : C’est un challenge qui est réussi mais qui doit encore se travailler sur plusieurs années. Il faut trouver des idées originales qui rentrent dans le cadre de Place Royale et les appliquer petit à petit. Le but est de donner un nouveau look à l’émission sans brusquer le téléspectateur et en respectant ses désidératas.

Les téléspectateurs ont-ils été au rendez-vous cette année ?

E.D. : Je n’ai pas de chiffres exacts en tête mais les audiences de Place Royale sont très bonnes. Je sais qu’elles sont stables et qu’on n’est certainement pas en baisse par rapport à l’année dernière. Par contre, ce que l’on a remarqué depuis mon arrivée, c’est que les hommes sont de plus en plus nombreux à regarder l’émission !

Avez-vous eu des retours des têtes couronnées à propos de vos émissions ?

E.D. : Lorsque la Reine Mathilde et le Roi Philippe sont venus visiter RTL TVI et le nouveau décor de Place Royale il y a un an, ils nous ont confié qu’ils regardaient de temps en temps l’émission. Ce qui est logique mais surprenant à la fois. Et plus récemment, j’ai interviewé la Princesse Léa de Belgique à propos de son exposition. Son agent de communication nous a envoyé un mail disant qu’il était ravi du reportage. Nous avons donc des retours sur notre travail, ce qui fait très plaisir.

Quelle personnalité royale t’a le plus inspiré cette année ?

E.D. : Je dirais Rania, Reine de Jordanie. Ce que j’apprécie chez elle, c’est sa mobilisation pour les femmes, son activité sur le terrain, sa générosité et sa beauté. En plus, c’est quelqu’un qui communique très bien. Elle utilise beaucoup les réseaux sociaux et parvient ainsi à toucher toutes les générations. Je n’ai malheureusement pas encore eu l’opportunité de la rencontrer.

Quel a été l’événement qui t’a le plus marqué cette année à Place Royale ?

E.D. : Malheureusement, ce sont les attentats du 22 mars. Je me souviens que, pour mon premier reportage pour Place Royale, j’ai rencontré une victime des attentats de Bruxelles à l’hôpital. C’était un homme qui se trouvait à Zaventem pendant l’explosion et à qui on avait dû amputer les jambes. Et son rêve, c’était de rencontrer le Roi Philippe. Celui-ci est donc venu lui rendre visite et j’ai interviewé le blessé pour avoir ses impressions, pour qu’il me raconte sa rencontre. C’était très marquant.

As-tu une anecdote à partager depuis ton arrivée dans l’émission ?          

E.D. : À l’occasion du mariage du Prince Leka et de l’actrice Elia Zaharia, l’équipe et moi nous sommes rendus à Tirana, en Albanie. À l’aéroport, nous sommes montés dans le taxi. Le chauffeur a commencé à conduire comme un fou. Il brûlait les feux rouges, les priorités de droite. Il roulait à toute allure ! Nous nous demandions vraiment où nous étions tombés. En plus, il ne parlait pratiquement pas anglais. Ensuite, on a compris que c’était un policier qui travaillait pour le Prince et que c’était une voiture un peu prioritaire et qu’elle avait le droit de faire ces infractions. Un souvenir assez cocasse !

Retrouvez Place Royale tous les samedis à 20h20 sur RTL TVI.

Propos recueillis par Rebecca Dreisziger

Publié

Réagissez à cet article !

Exprimez-vous

Les plus lus

Ces articles peuvent vous intéresser