Accueil Actu

Après deux ans de pandémie, les médecins généralistes sont au bout du rouleau

(Belga) Près de neuf médecins généralistes sur 10 (86%) estiment que la pandémie de coronavirus a eu des répercussions délétères sur leur santé mentale, ressort-il jeudi d'une enquête en ligne menée par HealthOne, éditeur de logiciels médicaux, auprès de 463 généralistes belges. Les conséquences de la crise sanitaire en termes de surcharge de travail pour la profession sont telles que 35% des médecins sondés ont envisagé une reconversion ou une retraite anticipée.

Un praticien sur quatre (24,49%) considère comme "importantes" les conséquences de la pandémie sur sa santé psychique. Ainsi, 70% des médecins interrogés font état de stress, 28% souffrent d'anxiété, 26% de détresse émotionnelle, 21% de burnout et 6% de dépression. Pour les médecins, la crise est allée de pair avec un afflux de patients et une surcharge de travail, qui ont également ébranlé leur vie privée. C'est le cas pour près de 9 médecins sur 10 (88,94%). 61,78% des docteurs interrogés entre le 7 et le 31 janvier 2022 ont vu la perception de leur métier changer négativement, au point que 35% d'entre eux ont même considéré arrêter, 20% se reconvertir et 15% partir en retraite anticipée. De plus, durant la pandémie, 4 médecins sur 10 (42,83%) rapportent avoir eux-mêmes contracté la Covid-19. Pour 67,27% des docteurs interrogés, l'arrivée du très contagieux variant Omicron a entraîné une nouvelle augmentation du nombre de visites alors que les médecins sortaient d'une quatrième vague déjà synonyme de surcharge de travail. Un médecin sur deux (45,74%) considèrent la vague entre octobre et décembre 2021 comme étant l'apogée de leur surcharge de travail. De plus, les médecins généralistes interrogés lors de l'enquête constatent que les consultations de patients Covid représentent, en moyenne, entre 20 et 50% de leur temps de travail. Sur l'année 2021, ils parlent même de 30 à 60% de leurs consultations. (Belga)

À la une

Sélectionné pour vous