Accueil Actu

Avec "Nous", la réalisatrice Alice Diop veut élargir le récit national aux banlieues

"L'idée de mon cinéma, c'est d'apporter une annexe au récit national": primé il y a un an au Festival de Berlin, "Nous", documentaire d'Alice Diop, en salles mercredi, veut "combler les trous" d'une vision de la France "qui n'inclut pas toutes les histoires", notamment celles issues de l'immigration.

Le point de départ du film? une expérience personnelle lors de la marche historique du 11 janvier 2015 en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Alors que la réalisatrice de 43 ans se trouve parmi la foule de Français venus témoigner de leur effroi, elle est molestée par un groupe d'extrême droite. Presque au même moment, son regard se porte sur le titre du journal Libération: "+Nous sommes un peuple+".

"Tout à coup, ça m'a donné envie d'interroger ce +nous+. Qu'y a-t-il derrière ce pronom? Y ai-je ma place, moi, et tant d'autres?", relate-t-elle dans un entretien à l'AFP.

"Sidérée" par le constat d'une "société française au bord de la dislocation" et "en colère contre les discours hystériques", la réalisatrice se lance à corps perdu dans son projet de documentaire.

- Deux France -

C'est dans l'ouvrage de l'éditeur François Maspero "Les passagers du Roissy Express", sorti en 1990, qu'elle va s'inspirer. Ce texte, "qui offre la littérature aux territoires marginalisés de la banlieue", selon la réalisatrice, est l'un des premiers textes à sortir ces habitants de la rubrique "faits-divers" où ils sont cantonnés.

Invitation à un voyage, le film emmène le spectateur à la rencontre d'un territoire -- celui traversé par le RER B -- et de ses habitants: d'Ismael, mécano sans-papiers malien à Marcel chasseur à courre.

Un territoire mais deux mondes qui se regardent de loin et qui s'ignorent. Deux France.

Si le film prend une résonance particulière en cette année d'élection présidentielle, il a été élaboré il y a 4 ans, "dans un contretemps, loin du bruit et de la fureur médiatique", souligne sa réalisatrice.

Politique mais aussi personnel, il est entrecoupé d'images d'archives intimes d'Alice Diop enfant ainsi que de ses parents. Comme pour revendiquer, elle aussi, sa présence et son attachement à ce territoire.

Née de parents sénégalais, elle grandit à Aulnays-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans la cité des 3.000. Etudes d'histoire puis de sociologie, avant de suivre l'atelier documentaire de la Fémis, Alice Diop est "mue" dès son enfance par son envie de quitter sa périphérie pour rejoindre "le centre": Paris.

- "Combler les trous" -

Périphérie qu'elle ne quittera pourtant jamais. Elle y ancrera même sa filmographie, débutée il y a quinze ans avec "La tour du monde" (2005), où elle filme les habitants d'un immense quartier constitué de plusieurs barres HLM.

En 2017, son court-métrage "Vers la tendresse", sur les relations intimes entre hommes et femmes dans les quartiers populaires, remporte le César du meilleur court métrage.

Un ancrage et des sujets qu'elle revendique: "regarder les marges, c'est regarder l'autre, c'est le faire exister et le rendre beau. C'est là où mon cinéma est politique, dans la nécessité que j'ai à prendre soin de ce territoire et des gens qui y vivent".

"Un cinéma du soin", selon ses propres mots, mais qui n'est pas limité à la seule banlieue parisienne: "A travers la banlieue j'ai l'impression de raconter la France contemporaine, ses déchirements, ses fractures".

Au fond, la cinéaste n'ambitionne qu'une chose: "Combler les trous" d'un récit national qui "n'inclut pas toutes les histoires, dont la mienne où celle de tant d'autres issus de l'immigration car on nous a dit qu'elles n'étaient pas légitimes".

Film après film, la voix de la réalisatrice, choyée par la critique et respectée par ses pairs, résonne de plus en plus fort. Ultime preuve? Le Centre Pompidou à Paris lui donne carte blanche du 11 au 14 février.

À la une

Sélectionné pour vous