Accueil Actu Belgique Faits divers

Deux ans avec sursis requis contre l'ancien premier échevin de Viroinval

Deux ans de prison avec sursis probatoire ont été requis, mardi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant, à l'encontre de Franz Masson, ancien premier échevin de Viroinval, poursuivi pour avoir harcelé et commis un acte sexuel non consenti sur la tenancière d'un café de Nismes (Viroinval), entre le 16 février et le 2 novembre 2018.

Une enquête avait été ouverte à son encontre après le suicide de la victime, survenu le 3 novembre 2018. C'est son compagnon qui avait déposé plainte contre l'échevin assurant que sa compagne lui avait fait des confidences quelques jours avant sa mort.

Chaque lundi, Franz Masson venait prendre un verre avec des amis dans cet établissement. "Il y a eu des blagues, puis des mains aux fesses et des réflexions de plus en plus précises. Elle était prise au piège. Il faut savoir que monsieur avait le Tourisme dans ses compétences", explique la partie civile. Le prévenu l'aurait menacée de faire fermer son café si elle parlait. Il l'aurait aussi plaquée contre un mur et mis la main au vagin.

Le principal intéressé reconnaît avoir tenu des blagues grivoises. Mais la victime n'était pas ciblée précisément. Il conteste par ailleurs l'ensemble des préventions. Devant le tribunal, l'ancien premier échevin a évoqué un possible complot politique pour tenter de justifier ces accusations. "Je venais d'être élu. Je n'avais jamais fait de politique avant et cela a gêné beaucoup de monde."

L'acquittement est sollicité par la défense, qui estime que les seuls faits précis qui sont évoqués dans ce dossier ne sont pas constitutifs de harcèlement. Jugement le 3 octobre.

À lire aussi

Sélectionné pour vous