Accueil Actu Belgique Faits divers

Un an avec sursis pour avoir filmé sous les cabines de la piscine de Braine-l'Alleud

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné jeudi un habitant du Hainaut né en 2001 à un an d'emprisonnement assorti d'un sursis probatoire, l'a privé de ses droits civils et politiques pour cinq ans et lui a confisqué son ordinateur ainsi que son smartphone. Le jeune homme avait été surpris, en mai 2022, en train de filmer une dame alors qu'elle se changeait dans les cabines de la piscine de Braine-l'Alleud.

Fréquentant régulièrement les lieux, il était surveillé par le personnel après une première alerte donnée en mars 2022 pour des faits semblables, mais sans que le jeune homme ait pu être pris sur le fait.

Les enquêteurs qui ont exploité son GSM ont en réalité découvert des photos prises à treize dates différentes dans la piscine brainoise. Dans l'appareil, la police a également trouvé des images prises à l'insu de la mère du prévenu, alors que la dame se trouvait dans un jacuzzi avec son nouveau compagnon. Et d'autres photos de la meilleure amie du prévenu alors que celle-ci se croyait à l'abri des regards en train de se doucher dans sa salle de bain.

Les préventions de voyeurisme par enregistrement n'ont pas été contestées par l'avocat de la défense, qui a mis le comportement de son client sur le compte de difficultés personnelles, de la solitude et d'une grande "misère relationnelle".

La sanction infligée jeudi est conforme aux réquisitions du ministère public à l'audience. Le sursis probatoire octroyé oblige notamment le prévenu à ne plus fréquenter les piscines publiques, à suivre une thérapie et à se soumettre à une guidance dans un centre pour les auteurs d'infraction à caractère sexuel.

À lire aussi

Sélectionné pour vous