Accueil Actu Belgique Politique

Les indépendantistes écossais affaiblis

Les indépendantistes écossais ont perdu la plupart de leurs sièges au Parlement britannique lors des élections législatives jeudi, un nouveau revers dans leur combat pour l'autodétermination, plus que jamais dans l'impasse.

Le Scottish National Party (SNP), qui domine la vie politique locale depuis une quinzaine d'années, va être relégué de la troisième à la quatrième place au Parlement de Westminster.

Selon la dernière projection de la BBC prenant en compte les résultats de la grande majorité des circonscriptions vendredi matin, le SNP ne remporterait que huit sièges, contre 48 auparavant, sur les 57 représentant l'Écosse.

"Ce n'est pas une bonne nuit pour le SNP", a admis l'ex-Première ministre Nicola Sturgeon dès la clôture des bureaux de vote. "C'est un succès majeur pour Keir Starmer", le leader des travaillistes.

Le Labour, qui a largement remporté les législatives au niveau du Royaume-Uni, redevient dominant en Ecosse, territoire qui lui était autrefois acquis.

C'est un nouveau revers pour le SNP, déstabilisé depuis la démission surprise de la charismatique Nicola Sturgeon l'an dernier. Son successeur Humza Yousaf n'a tenu qu'un an.

Le parti de gauche est toujours visé par une enquête sur son financement -pour laquelle le mari de Mme Sturgeon, Peter Murrell, est poursuivi- et dépourvu de stratégie pour obtenir l'indépendance, combat un temps relancé par le Brexit mais bloqué par Londres.

Les élus du SNP se sont succédés dans les médias pour mettre leur recul sur le compte de la volonté des électeurs de déloger les conservateurs du pouvoir et non sur un rejet de l'indépendance.

Mais le Premier ministre écossais John Swinney a admis que le SNP n'était actuellement pas en train de "gagner le débat" sur l'indépendance et devrait affronter "une remise en question".

À lire aussi

Sélectionné pour vous