Accueil Actu Belgique Politique

"Nous devons avoir un outil de défense assez robuste": la Belgique conclut un énorme contrat avec la FN Herstal

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi le partenariat de 1,7 milliard d'euros entre la Défense et la Fabrique nationale Herstal pour le développement de l'autonomie stratégique via notamment la production d'armement léger et de munitions, a annoncé la ministre de la Défense Ludivine Dedonder, à l'initiative du projet. Cet accord porte sur une durée de 20 ans.

Ce partenariat s'inscrit dans la logique européenne ASAP (Act in Support of Ammunition Production). Elle vise à renforcer la production de munitions afin de soutenir l'Ukraine dans la guerre qui l'oppose à la Russie et à permettre aux pays européens de reconstituer leurs stocks. "L'objectif est de garantir notre opérationnalité en pérennisant notre sécurité d'approvisionnement et notre autonomie stratégique. C'est aussi répondre en qualité et en quantité aux besoins futurs en termes d'armement léger et de munitions de notre armée et de nos partenaires nationaux et internationaux", a précisé Mme Dedonder.  

La ministre a également rappelé que les récents conflits internationaux comme la guerre en Ukraine ont mis en exergue l'importance d'une industrie de la défense robuste et fait drastiquement grimper le besoin en munitions. "C'est une réalité à laquelle sont confrontés tous les pays européens", a-t-elle ajouté.  

85% des achats dans le domaine sont effectué hors Union européenne

L'accord comprend aussi des investissements en Recherche et Développement sur une durée de 20 ans. La maintenance, les réparations complexes, le stockage sont également compris dans l'accord, qui permettra aussi "de répondre rapidement à des besoins spécifiques en mettant à disposition certains types d'armements pour des périodes plus courtes", selon Mme Dedonder.

Il s'agit en outre d'un partenariat multinational, qui offre la possibilité aux autres pays européens de s'y associer. "Plusieurs pays, partenaires réguliers, ont déjà montré leur intérêt", a affirmé la ministre, ajoutant que les détails seraient communiqués en temps voulu. "Cela montre la pertinence et l'attractivité de cette collaboration a l'échelle européenne et notre contribution a l'autonomie stratégique européenne, sachant aujourd'hui que 85% des achats dans le domaine sont effectué hors Union européenne".

Nous devons avoir un outil de défense assez robuste pour dissuader et assez résilient pour participer à un effort de guerre si nécessaire

L'initiative permettra enfin d'effectuer des investissements à Herstal et de créer une nouvelle ligne de production sur le site de Zutendaal (Limbourg). Cela permettra de stimuler l'économie locale et de créer des emplois, s'est réjouie Ludivine Dedonder, qui a précisé que le chiffre de 60 emplois supplémentaires évoqués par le Premier ministre Alexander de Croo n'était qu'un point de départ. "Mon objectif est de pouvoir continuer dans cette voie dans d'autres secteurs pour garantir notre sécurité d'approvisionnement", a réitéré la ministre de la Défense. "Aujourd'hui, pour commander du matériel, il y a parfois deux ou trois ans d'attente. Ça ne va pas, nous devons avoir un outil de défense assez robuste pour dissuader et assez résilient pour participer à un effort de guerre si nécessaire. Ça fait 20 ans de dépendance (en matière de Défense, NDLR) et c'est aujourd'hui notre plus grande faiblesse".

À la une

Sélectionné pour vous