Accueil Actu

Georges Gilkinet précise la position d'Ecolo: "Notre soutien est clair mais il n'est pas aveugle pour autant"

Georges Gilkinet, chef de groupe Ecolo à la Chambre était l'invité de Fabrice Grosfilley ce matin sur Bel RTL. Il lui a demandé si "l'union sacrée" de Sophie Wilmes dans la lutte contre le coronavirus était toujours intacte.

"Il est nécessaire que le monde politique se mobilise pour répondre à cette crise sanitaire extraordinaire qui nous touche. L'essentiel, ce sont les personnes qui se battent dans les maisons de repos, les hôpitaux pour sauver des vies. L'essentiel c'est de fournir le matériel pour permettre ce combat", a-t-il expliqué.

Malgré tout, ce week-end, Ecolo a pris ses distances… "Notre soutien est clair mais il n'est pas aveugle pour autant et il nous semble que le facteur humain doit être mis en avant dans la gestion de cette crise", a-t-il répondu.

> CORONAVIRUS: les dernières infos 

"Faire passer l'humain avant l'économie", c'est le message qu'a voulu faire passer Ecolo ces derniers jours. "C'est vraiment les plus fragiles de la société : les indépendants, les commerçants qui ont des difficultés dont on voudrait que les banques agissent pour les aider à passer ce cap, a précisé Georges Gilkinet. Ce sont les soignants, ce sont les parents qui doivent travailler à domicile avec leurs enfants et qui attendent une proposition de congé. Et ce qui manquait vendredi, c'est vraiment cette attention à l'humain, à des solutions pour nous permettre de rencontrer sa famille en même temps qu'on rouvre des magasins. C'est logique parce que c'est aussi une crise sociale et psychologique que nous vivons".

Quid des risques de propagation ?

"On doit tous s'habituer au risque, à appliquer les gestes barrières, de porter des masques. Mais le risque de se choper le coronavirus est malheureusement plus grand dans un cadre commercial où on va rencontrer des personnes qu'on ne côtoie pas d'habitude que dans un cadre familial".

Face à cette crise, Georges Gilkinet a insisté que le fait qu'Ecolo continue à travailler avec les autres partis mais il souhait "attirer une attention particulière beaucoup plus forte pour le facteur humain, pour le facteur sociale".

> CORONAVIRUS: la carte mondiale de la propagation

À la une

Sélectionné pour vous