Accueil Actu

JO-2022: Braisaz-Bouchet plutôt que Fillon Maillet

Le biathlon n'avait d'yeux que pour Quentin Fillon Maillet et ses exploits mais c'est finalement Justine Braisaz-Bouchet qui a surgi lors de la mass-start féminine pour s'emparer du titre olympique, vendredi sur le site extrêmement venté de Zhangjiakou.

Il en a rêvé de ce Grand Chelem, de devenir le premier sportif à remporter six médailles lors de la même édition des JO d'hiver.

Il s'est même sûrement vu sur le podium lorsqu'il avait la médaille au bout de sa carabine au dernier passage sur le pas de tir. Mais le Jurassien de 29 ans a craqué, avec trois fautes et autant de tours de pénalité.

Il devait alors se contraindre à laisser filer son plus grand rival, le Norvégien Johannes Boe, vers son quatrième titre à Zhangjiakou, après le relais mixte, le relais masculin et le sprint, mais aussi le Suédois Martin Ponsiluoma et un autre Norvégien Vetle Christiansen.

Pourtant, Justine Braisaz-Bouchet lui avait montré la voie, deux heures auparavant, en remportant la 14e médaille française de ce rendez-vous chinois, dont 5 titres.

La Française de 25 ans s'est placée aux avants-postes après le troisième tir, fatal à bon nombre de concurrentes emportées par le vent, dont les Norvégiennes Tiril Eckhoff et Marte Olsbu Roeiseland, qui l'accompagneront tout de même sur le podium.

"J'étais impatiente de faire cette mass-start mais je n'avais aucun objectif de résultat, j'avais juste pour ambition de faire ma course. Pendant la course, j'étais très calme, j'ai voulu me concentrer sur ce que je faisais moi, j'étais sereine", a souligné la nouvelle championne olympique.

Après avoir lâché Roeiseland sur les skis, Braisaz-Bouchet a abordé son ultime passage sur le pas de tir sans trembler, et malgré une faute, elle filait seule vers l'or.

- Valieva rentre à la maison -

Avec cette 14e médaille (5 or, 7 argent et 2 bronze), dont 7 pour le biathlon et 5 pour le seul Fillon Maillet, la France ne compte plus que sur le freestyleur Kevin Rolland et l'épreuve par équipes de ski alpin samedi pour égaler son record de Pyeongchang en 2018 (15).

Vingt-quatre heures après le dénouement de l'épreuve féminine et l'implosion de Kamila Valieva, l'affaire de dopage concernant la Russe de seulement 15 ans continue d'agiter l'actualité.

Alors que Valieva était déjà dans l'avion du retour en Russie, le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a indiqué avoir été "très troublé" devant sa télévision par la prestation sur la glace de la patineuse qui, visiblement éprouvée, a été incapable d'évoluer à son niveau habituel dans le programme libre.

Thomas Bach a également affirmé qu'il n'avait pas "beaucoup confiance" en son entourage, regrettant notamment l'attitude glaciale de l'entraîneure Eteri Tutberidze à l'égard de la patineuse après sa compétition. "Comment peut-on être si froid avec son athlète?", a-t-il déploré.

"Pourquoi tu as baissé les bras?, avait lancé Tutberidze à Valieva. Pourquoi tu as cessé de te battre? Explique moi...Tu as laissé tomber...".

Sur la glace, les patineurs se recentrent sur le sport avec le début de l'épreuve des couples lors du programme court, qui a souri aux Chinois Sui Wengjing et Han Cong en tête avant le programme libre samedi.

- Gu, la star -

En ski freestyle, la Chinoise Eileen Gu s'est imposée encore un peu plus comme l'une des grandes stars des JO-2022.

Déjà en or en ski Big air et en argent en slopestyle, l'ado de 18 ans a survolé l'épreuve de half-pipe.

"Je me sens très bien. Je prends beaucoup de plaisir et c'est vraiment tout ce qui compte dans ce sport", a glissé la championne aux multiples talents puisqu'elle est aussi égérie publicitaire, mannequin et future étudiante à la prestigieuse université américaine de Stanford.

Auteur d'un incroyable triplé en skicross aux JO-2014, les Français rêvaient d'un exploit équivalent, ou au moins de podium, sur le toboggan glacé de Zhangjiakou.

Las! François Place a fait illusion jusqu'en demi-finale mais les portes se sont fermées là.

Bastien Midol s'est arrêté en quarts, tandis que Jean-Frédéric Chapuis, qui avait mené la France à un incroyable triplé aux JO-2014, et Térence Tchiknavorian, ont fait un tour de moins.

Dans le tournoi de hockey masculin, les Russes, tenants du titre, ont dominé aux tirs au but la Suède (2-1) et affronteront dimanche en finale la Finlande, victorieuse de la Slovaquie (2-0).

Chose rare, le dernier carré réunissait quatre équipes européennes, puisque le Canada et les Etats-Unis, handicapés par l'absence des joueurs NHL, ont chuté en quart.

À la une

Sélectionné pour vous