Accueil Actu Magazine Culture

Faire sonner les cloches de Mossoul: le sacerdoce d'une fonderie normande

Gabriel, Michel et Raphaël sonneront bientôt à Mossoul : trois cloches nées dans la fonderie de Villedieu-les-Poêles (Manche) vont s'envoler vers l'Irak pour rejoindre l'église du couvent Notre Dame de l'Heure, partiellement détruit par l'Etat islamique.

L'une des trois cloches, déjà nettoyée et accordée, a sonné lundi pour la première fois sous les coups de battant de l’ambassadeur d'Irak en France, Wadee al-Batti, accompagné de la directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay et le provincial dominicain Nicolas Tixier.

La délégation avait fait le déplacement pour assister au "déchapage" (retrait du moule extérieur NDLR), et donner le premier coup de brosse aux deux autres cloches encore sous moule avant le transport des trois instruments par avion vers de la deuxième ville d'Irak, à l'extrême nord.

"En tant que chrétien de la ville de Mossoul, j'ai beaucoup de souvenirs de ce clocher, pendant toute mon enfance, pendant mes études, il a rythmé ma vie" a déclaré M. al-Batti, également ambassadeur à l'UNESCO depuis dimanche.

Faire sonner à nouveau des cloches à Mossoul est pour lui "une victoire de la vie: celle d'être réunis ensemble contre le terrorisme et la violence".

Première école de filles en Irak, première école d’institutrices, le couvent de Notre-Dame de L’Heure (al Saa-a en arabe) a été construit par des frères dominicains au milieu du XIXe siècle sur les plans d’un architecte français. Le campanile de son église (cloches et horloges) avait été payé sur les deniers personnels de l'impératrice Eugénie.

Ce symbole avait été détruit en 2017 par les hommes de Daesh avant d’être chassés de la ville par l’armée irakienne.

L’UNESCO supervise la reconstruction de la vieille ville de Mossoul après sa destruction durant les combats contre l'Etat Islamique, un chantier à plus de 100 millions d'euros.

La directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay a vu dans ce projet "un soutien à la société mossouliote dans sa diversité, culturelle, cultuelle, de connaissance, d'université, de librairie, il s'agit de reconstruire cet esprit, et pas uniquement des pierres".

- "Parler à toutes les confessions" -

Le frère Nicolas, habillé d'une seule tunique blanche malgré le thermomètre tutoyant le zéro dans la fonderie Cornille Havard, a estimé que "ces cloches portent l'espoir, et pas uniquement pour la communauté chrétienne", avant d'évoquer un souvenir: "je suis allé à Mossoul récemment et un policier musulman m'a demandé quand les cloches allaient revenir".

Ces trois cloches de bronze, qui pèsent de 110 à 270 kg (fa, mi, sol) ont été fondues en novembre dans un alliage caractéristique composé de 78% de cuivre et 22% d'étain.

La pose et la maintenance seront assurées en Irak par une équipe de locaux formée sur place par Paul Bergamo, directeur et propriétaire de la fonderie.

"Aller à Mossoul était bouleversant, c'est un projet qui me marquera pour un moment", a déclaré celui qui se voulait "passeur de savoir" dans cette aventure.

Son atelier emploie 15 artisans à plein temps et exporte 25% de sa production, entre autres vers le Vietnam, l'Irlande ou encore le Bénin: 100 cloches d'église par an, pour 200 à 300 cloches de maison.

Il n'existe plus que deux fonderies de cloches en France (l'autre est en Savoie), et une trentaine dans le monde.

L'installation des cloches, nommées après les trois archanges, Gabriel, Michel et Raphaël pour "parler à toutes les confessions", selon M. Bergamo, est prévue avant le 6 mars 2023.

La fin complète des travaux de reconstruction du couvent est prévue pour décembre 2023 au plus tard.

À la une

Sélectionné pour vous