Accueil Actu Magazine Culture

Fête des lumières à Lyon: poésie, humour et... sobriété énergétique

Un champ de lucioles, un chat sorti du métaverse, des œuvres d'art qui chantent ACDC et Dalida... la Fête des lumières prend ses quartiers jeudi à Lyon, sous le signe de la poésie, de l'humour mais aussi de la sobriété énergétique.

"La Fête des lumières fait partie de l'ADN de la ville, pour nous c'est vraiment important de la maintenir", a soutenu le maire EELV Grégory Doucet, qui prône par ailleurs les économies d'énergie pour sa ville cet hiver.

Dans le centre, où un espace piétonnier favorise les déambulations nocturnes, ou dans le parc de la Tête d'Or, des œuvres lumineuses sont installées un peu partout, tandis que des bâtiments se transforment en écrans géants.

Sur la façade de la cathédrale Saint-Jean, "Time", petit bijou artistique conçu à partir d'algorithmes génératifs, invite à réfléchir sur le temps qui passe. Sur la place des Terreaux, on peut se déhancher au son de Britney Spears ou de Diam's interprétées par des... portraits du musée des Beaux-Arts. Ailleurs, une installation alerte sur le dérèglement climatique.

Deux millions de visiteurs, à 70% originaires de la métropole lyonnaise d'après la mairie, sont attendus jusqu'à dimanche soir, curieux de découvrir les 30 œuvres présentées, dont 17 nouvelles collaborations, avec des artistes venus de France, d'Espagne, d'Italie ou du Congo.

Mais alors que la crise énergétique a imposé la sobriété comme mot d'ordre, la tenue de cette Fête des lumières dans une municipalité écologiste n'est-elle pas paradoxale?

- "Moment fédérateur" -

Lyon "est engagée dans un plan de sobriété" qui vise "à baisser de 10% nos consommations énergétiques sur un an. On a déjà commencé en régulant les températures de chauffe (des bâtiments publics), en baissant l'éclairage public, y compris en éteignant la nuit entre 02H00 et 04H30", explique M. Doucet.

"La Fête des lumières a une consommation relativement limitée: la facture d'électricité, c'est 3.500 euros", soit seulement 0,1% de la facture annuelle d'électricité pour l'éclairage, "car les œuvres sont essentiellement basées sur la technologie LED", "très peu énergivore", affirme-t-il. Au total, le budget de la Fête s'élève à près de 3 millions d'euros.

Et surtout, "c'est un moment populaire, fédérateur", justifie le maire, en évoquant une édition 2022 encore plus inclusive et accessible.

La Tribune de Lyon se félicitait cette semaine du maintien de la fête, "exception heureuse à la sobriété". "On se rattrapera dès lundi, c'est promis", assure l'hebdomadaire local.

Interrogée par l'AFP, Anne-Marie Ducroux, présidente de l'association ANPCEN qui plaide pour la sobriété lumineuse, ne se dit pas opposée à ce type d'événements, mais juge essentiel qu'ils soient gérés "de manière responsable et raisonnable avec des horaires adaptés, une prévention des lumières intrusives et une réduction des puissances utilisées", car au motif que les dispositifs "économisent des kilowattheures par rapport aux années précédentes, on s'autorise soit à en mettre plus, soit plus longtemps, soit de manière plus puissante".

- 'Tournant'-

Rappelant qu'aux origines de cette fête en hommage à la Vierge Marie, les Lyonnais allumaient des lumignons à leurs balcons ou fenêtres, Mme Ducroux souligne qu'elle est devenue une fête "touristique, économique"; elle ne verrait ainsi pas d'un mauvais œil qu'elle redevienne davantage ce qu'elle était.

"On incite chaque année les habitants à mettre des lumignons", mais "on ne peut pas revenir à des temps différents", estime Julien Pavillard, directeur des événements à Lyon. "On peut être sobre, mais il ne faut pas oublier qu'une fête ça apporte beaucoup d'énergie".

Pourtant, reconnaît-il, "une réflexion est en cours sur comment les festivals lumière peuvent évoluer, car on sent qu'on est à un tournant, comme la société en général".

Le futur de ces festivals sera ainsi le thème du Lyon Light Festival Forum, organisé jeudi et vendredi par l'association internationale LUCI.

"On a des enjeux forts. Il va falloir faire mieux avec moins: comment réduire l'impact environnemental dans les productions, les technologies, les matériels utilisés?", explique Mark Burton-Page, directeur général de LUCI, qui fédère 35 festivals lumière.

Des initiatives sont déjà en cours. A Eindhoven, aux Pays-Bas, le festival Glow, en novembre, a éteint ses installations une heure plus tôt hors week-ends, tandis que celui de Berlin assure avoir utilisé cette année 75% d’électricité de moins que durant son édition précédente.

À la une

Sélectionné pour vous