Accueil Actu Monde Economie

Extension des titres-restaurant: Thierry Marx en appelle à Elisabeth Borne

Le chef étoilé Thierry Marx, président du principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, l'Umih, demande à être reçu "dans les meilleurs délais" par la Première ministre Élisabeth Borne, alors que Bercy réfléchit à pérenniser la possibilité d'acheter tous types de produits alimentaires au supermarché avec les titres-restaurant.

"Avec sa volte-face sur la prolongation de l'utilisation du titre-restaurant aux produits alimentaires, le gouvernement envoie un très mauvais signal à notre profession", déplore-t-il dans un communiqué transmis à l'AFP jeudi.

"Dans titre-restaurant, il y a +restaurant+. Ce titre doit rester une aide au déjeuner des salariés ne disposant pas de restaurant d’entreprise. Il ne doit pas devenir un titre-Caddie", poursuit le chef.

"Je demande à être reçu dans les meilleurs délais par la Première ministre pour lui faire part de notre incompréhension, notre mécontentement et notre souhait d’un retour rapide à la situation précédant la loi de 2022", ajoute-t-il.

La loi a introduit en 2022 la possibilité d'acheter avec des titres-restaurant des produits alimentaires non directement consommables (farine, pâtes, riz, œufs, poisson, viande, etc.) en supermarché, une dérogation qui devait prendre fin le 31 décembre 2023.

Mais face à la levée de boucliers causée par la fin du dispositif, Bercy a annoncé son souhait de le prolonger en 2024, voire de le pérenniser.

"En 2023, c'est un manque à gagner de 200 millions d'euros pour nos restaurateurs", estime le chef, rappelant "qu'en 2023, la grande distribution a vu sa part de marché titre-restaurant augmenter de plus de 6%" quand "celle des restaurants diminuait de 3%".

En marge d'un déplacement en Indre-et-Loire, la ministre déléguée aux PME et au Commerce Olivia Grégoire lui a répondu au nom du gouvernement: "nous sommes et nous serons aux côtés des restaurateurs".

Mais "il faut aussi entendre les Français. L'inflation alimentaire (...) demeure assez élevée" et la possibilité de continuer à utiliser les titres-restaurant pour des achats alimentaires en général "est une liberté de bon aloi", a-t-elle ajouté.

"Il faut que les restaurateurs l’entendent et je ne doute pas que Thierry Marx l’entende", a conclu Olivia Grégoire.

Dans son communiqué, Thierry Marx avait dit entendre "les voix qui s’expriment à propos de l’utilité de ce titre, en période d’inflation, pour faire ses courses au quotidien."

"L’inflation concerne tous les Français. La hausse des prix impacte aussi nos restaurateurs", avait-il fait valoir, appelant le gouvernement à "concevoir un titre alimentation ou un chèque alimentaire pour lutter contre l’inflation et aider les plus défavorisés".

À lire aussi

Sélectionné pour vous