Accueil Actu Monde Economie

La Bourse de Paris clôture en baisse après des données économiques décevantes

La Bourse de Paris a clôturé en baisse de 0,39% mardi, peu soutenue par les données économiques publiées en Chine et en Allemagne, les investisseurs se montrant également prudents avant une prise de parole du président de la Réserve fédérale américaine dans la semaine.

L'indice vedette CAC 40 a lâché 27,50 points pour finir à 6.988,23 points. La veille, il avait reculé de 0,48%.

"En Chine, les indicateurs publiés confirment que la relance est plus tardive", commente Christopher Dembik, analyste de Pictet AM, "et cela contribue à un panorama macroéconomique plus négatif, en dehors des Etats-Unis".

Dans le détail, la chute des exportations chinoises s'est accélérée en octobre, avec un recul de 6,4% sur un an, selon des chiffres publiés par les douanes du pays mardi, des données qui n'incitent pas à l'optimisme pour sa croissance.

Les investisseurs se sont aussi attardés sur la production industrielle en Allemagne, qui a baissé plus que prévu en septembre, illustrant les difficultés de la première économie européenne.

D'autres part, les regards sont aussi tournés vers la banque centrale américaine (Fed), dont le président, Jerome Powell, doit prendre la parole jeudi lors d'un débat au FMI.

"Le marché attend une première baisse des taux" de la Fed "au deuxième trimestre de l'année prochaine", ce qui explique en partie l'apaisement sur les taux longs sur le marché obligataire", explique Christopher Dembik.

Cependant, "ces détentes ne sont jamais pas durables, elles s'appuient sur des données erronées puisque les banques centrales ne disent pas baisser leur taux l'année prochaine", poursuit-il.

Les investisseurs "essayent d'avoir de la lisibilité sur les prochains mouvements" des institutions monétaires "alors qu'elles entament seulement leur processus de pause" dans leur politique monétaire restrictive dont l'objectif est de faire baisser le niveau d'inflation.

Sanofi sous surveillance

Le Parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire à l'encontre du géant pharmaceutique français Sanofi pour diffusion de fausses informations et manipulation de cours autour de son médicament Dupixent, affirme mardi le média La Lettre. Le cours de Bourse du groupe n'a pas été chahuté par la nouvelle et a terminé en baisse de 0,61% à 84,42 euros.

Edenred au plus bas depuis janvier

Le cours de l'action d'Edenred, société de services prépayés qui commercialise notamment les Ticket Restaurant, a chuté de 4,29% à 48,62 euros, atteignant son plus bas niveau depuis début janvier.

Selon l'agence financière Bloomberg, plus de 5 millions d'actions du groupe ont été vendues au prix de 47,85 euros, soit avec une décote de plus de 5%.

Capgemini garde le cap

Capgemini a gagné 2,52% à 173,00 euros après avoir confirmé ses objectifs annuels, soit une croissance de son chiffre d'affaires de 4% à 7% à changes constants et une marge opérationnelle de 13,0% à 13,2%. Cet été, le groupe avait été sanctionné en Bourse pour ses prévisions jugées trop prudentes.

Engie réhausse ses objectifs

L'énergéticien Engie (+1,07% à 15,30 euros) a annoncé mardi un résultat d'exploitation hors activités nucléaires en hausse de 27,4% à 8 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année, soulignant ainsi la bonne tenue des renouvelables et de ses activités d'approvisionnement en énergie, malgré un ralentissement observé au 3e trimestre. Le groupe a revu en hausse son objectif annuel de bénéfice net récurrent part du groupe.

Teleperformance les maintient

Le géant mondial des centres d'appel a terminé en hausse de 3,71% à 124,30 euros après avoir confirmé viser pour 2023 un objectif de marge d'EBITDA "d'environ" 16%, mais estime désormais la croissance de son chiffre d'affaires dans le bas de la fourchette précédemment donné. Le groupe a également annoncé un chiffre d'affaires en baisse de 3,3% en données publiées, à 1,989 milliard d'euros.

  1. Euronext CAC40

À lire aussi

Sélectionné pour vous