Accueil Actu Monde Europe

Blanchiment: amende de 108 millions de livres à Santander au Royaume-Uni pour contrôles déficients

La branche britannique du géant bancaire espagnol Santander a écopé d'une amende de 107,8 millions de livres (125 millions d'euros) au Royaume-Uni pour "des lacunes graves et persistantes dans ses contrôles anti-blanchiment d'argent", a annoncé vendredi le régulateur financier (FCA).

"La mauvaise gestion par Santander de ses systèmes de lutte contre le blanchiment d'argent et ses tentatives inadéquates pour résoudre les problèmes ont créé un risque prolongé et grave de blanchiment d'argent et de criminalité financière", a précisé Mark Steward, un responsable de la FCA, dans un communiqué.

Les faits reprochés se sont produits entre le 31 décembre 2012 et le 18 octobre 2017, période pendant laquelle la banque a failli à vérifier correctement les informations fournies par ses clients professionnels sur leurs activités et à contrôler l'adéquation des sommes déposées, selon le régulateur.

Dans un cas, une petite entreprise de traduction a par exemple ouvert un compte, avec des dépôts mensuels estimés de 5.000 livres. Mais en moins de six mois, elle s'est mise à recevoir des millions qui se trouvaient rapidement transférés sur d'autres comptes.

Si la fermeture du compte a été recommandée par les équipes de contrôle de blanchiment de la banque en mars 2014, ce dernier est resté ouvert plus de deux ans avant d'être finalement fermé, dénonce la FCA.

Le cas n'est pas isolé et l'autorité financière dit avoir identifié plusieurs autres comptes ainsi exposés à "un risque sérieux de blanchiment d'argent", ayant permis à près de 300 millions de livres au total de transiter avant leur fermeture.

"Santander prend très au sérieux ses responsabilités en matière de criminalité financière", a réagi dans un communiqué le directeur général de la banque au Royaume-Uni Mike Regnier, se disant "désolé pour ces problèmes passés de contrôle liés à la lutte contre le blanchiment d'argent".

"Nous avons depuis apporté des changements importants afin de résoudre ces problèmes en réformant notre technologie, nos systèmes et nos processus de lutte contre la criminalité financière", a-t-il ajouté, précisant que plus de 4.400 de ses employés se consacrent désormais à la prévention de la criminalité financière.

"Les infractions de ce type sont un cauchemar pour les banque, non seulement à cause de l'amende, mais aussi à cause des dommages pour leur réputation", a commenté Sophie Lund-Yates, analyste chez Hargreaves Lansdown, estimant que les clients comme le régulateur ne tolèreront probablement pas d'autre affaire similaire à l'avenir.

Santander n'a pas contesté les conclusions de la FCA, qui a en conséquence appliqué une réduction de 30% à l'amende de près de 154 millions de livres qu'elle aurait, autrement, imposée à la banque.

L'entreprise espagnole n'est pas la première banque à se voir lourdement sanctionnée au Royaume-Uni pour des défauts de contrôles liés au blanchiment d'argent.

La britannique NatWest s'était vu condamner par un tribunal britannique il y a environ un an à payer près de 265 millions de livres dans une affaire de blanchiment portant notamment sur des centaines de millions de livres déposés en liquide par l'un de ses clients.

Quelques jours plus tard, sa compatriote HSBC avait reçu une amende du régulateur de 63,9 millions de livres, elle aussi pour des "contrôles déficients des transactions" dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent.

À la une

Sélectionné pour vous