Accueil Actu Monde Europe

Une ministre flamande veut collaborer avec les Pays-Bas pour construire deux centrales nucléaires: les Néerlandais tempèrent

La ministre flamande de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA), va entamer un dialogue avec son homologue néerlandais. En ligne de mire: une collaboration pour la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires aux Pays-Bas. Une situation de gagnant-gagnant qui pourrait sécuriser l'approvisionnement à long terme du nord du pays, affirme samedi dans un communiqué Zuhal Demir. Le ministre néerlandais Rob Jetten tempère de son côté l'enthousiasme flamand.

"Même si l'on part du principe que la Flandre n'est pas compétente en matière de production d'énergie, il n'y a en fait aucun obstacle à une collaboration avec le gouvernement néerlandais. L'agence flamande de l'énergie et du climat a investi ces dernières années plus de 1,5 milliard d'euros dans le renouvelable, la rénovation et les réseaux de chaleur. Un investissement dans le nucléaire via les Pays-Bas est également possible", souligne la ministre. "Au vu des inquiétudes quant à l'approvisionnement en Belgique et du choix du gouvernement néerlandais d'un lieu proche de la frontière (Borssele, ndlr), nous allons entamer des discussions sur une collaboration et/ou une participation au projet nucléaire des Pays-Bas. Si on peut de cette manière assurer l'approvisionnement de la Flandre, on ne doit pas hésiter", poursuit Mme Demir.

Une première rencontre sur le dossier devrait avoir lieu fin janvier. De son côté, le ministre néerlandais a indiqué à l'agence ANP que la collaboration n'était "pas exclue" mais qu'il était encore prématuré d'en parler. Le gouvernement est favorable à deux nouvelles centrales, mais des questions de financement, notamment, sont encore à trancher.

Un autre parti flamand préfère investir en Belgique

Le CD&V, partenaire de majorité avec la N-VA en Flandre, a critiqué l'initiative de Mme Demir. "Au lieu d'investir notre argent dans des centrales nucléaires néerlandaises de l'ancienne génération, nous devrions au contraire nous concentrer au maximum sur la recherche et le développement de centrales de nouvelle génération, appelées SMR, dans notre propre pays", a ainsi réagi samedi le président des chrétiens-démocrates flamands, Sammy Mahdi.

À lire aussi

Sélectionné pour vous