Accueil Actu Monde France

Les députés du camp Macron désunis et tiraillés entre la gauche et la droite

Des députés français élus sous la bannière Renaissance, le parti du président Emmanuel Macron, ont souhaité mercredi qu'une "coalition de projet allant des sociaux-démocrates à la droite de gouvernement" émerge de la nouvelle Assemblée nationale élue dimanche. Des élus du même parti appellent, eux, à une alliance uniquement avec la droite.

Les Français ont "placé toutes les forces politiques en situation de majorité relative, les obligeant à déterminer des alliances programmatiques", constatent les premiers dans un communiqué. Ces élus ajoutent qu'ils "s'engagent pour que cette alliance existe tant qu'elle n'inclut pas la France insoumise" et qu'ils "œuvrent avec détermination et sincérité pour une coalition de projet allant des sociaux-démocrates à la droite de gouvernement".

Passés d'environ 250 sièges à quelque 160 élus après les législatives, les députés du camp présidentiel sont tiraillés entre la gauche et la droite pour tenter de former une coalition.

Des ministres comme Gérald Darmanin et Aurore Bergé militent pour un rapprochement uniquement avec Les Républicains, au grand dam de l'aile gauche.

Représentant de cette aile gauche avant les élections, le député Sacha Houlié a annoncé mercredi qu'il ne "siègerait pas" au groupe Renaissance, en expliquant "travailler" à la constitution d'un autre groupe allant de "la droite sociale à la gauche socialiste". Le député de la Vienne affirme qu'au moins "quarante" députés macronistes ne se sont pas encore rattachés au futur groupe Renaissance à l'Assemblée.

À lire aussi

Sélectionné pour vous