Accueil Actu Monde International

Cadavres d’enfants retrouvés dans des valises: la femme soupçonnée des meurtres extradée vers la Nouvelle-Zélande

La Corée du Sud a annoncé mardi avoir extradé vers la Nouvelle-Zélande une femme soupçonnée du meurtre de deux enfants dont les restes ont été retrouvés dans des valises.

La femme de 42 ans, soupçonnée d'être la mère des deux enfants décédés -- une citoyenne néo-zélandaise d'origine coréenne -- ainsi que des éléments de preuve clés dans ce dossier, ont été remis aux autorités néo-zélandaises lundi soir, a indiqué le ministère sud-coréen de la Justice dans un communiqué. "Nous espérons que la vérité sur cette affaire, qui a retenu l'attention du monde entier, sera révélée à l'issue d'un processus judiciaire juste et rigoureux en Nouvelle-Zélande", a-t-il ajouté.

La police sud-coréenne a arrêté la femme dans la ville portuaire d'Ulsan en septembre, quelques semaines après que les autorités néo-zélandaises ont découvert les restes de deux enfants, qui auraient entre 5 et 10 ans lorsqu'ils sont morts, aux alentours de 2018.

Des images dans la presse locale à l'époque montraient la femme, que la police sud-coréenne n'a identifiée que par son nom de famille Lee, conduite hors d'un poste de police d'Ulsan par des enquêteurs en civil, se couvrant la tête avec un manteau.

Lorsque des journalistes lui ont demandé si elle avouerait les meurtres, la femme a répété à plusieurs reprises "Je n'ai pas fait ça" alors qu'elle était conduite dans un véhicule de police.

La découverte macabre est survenue en août. Les valises faisaient partie d'une remorque chargée d'articles, achetée par une famille qui ne se doutait de rien lors d'une vente aux enchères de biens abandonnés à Auckland, la plus grande ville de Nouvelle-Zélande.

La police néo-zélandaise a déclaré que les cadavres avaient été placés dans cette remorque probablement depuis plusieurs années, ce qui a compliqué l'enquête. Les autorités ont souligné à plusieurs reprises que la famille qui a trouvé les corps n'était pas liée aux homicides et recevait un soutien psychologique pour l'aider à surmonter le traumatisme de cette morbide découverte.

À la une

Sélectionné pour vous