Accueil Actu Monde International

Chine: drapeaux en berne et censure en ligne pour l'ex-Premier ministre Li Keqiang

Les dirigeants du Parti communiste chinois ont rendu hommage jeudi à l'ex-Premier ministre Li Keqiang (2013-2023) pour ses funérailles mais, en ligne, la censure effaçait toute louange à celui vu un temps comme un rival de Xi Jinping pour la présidence.

Fin connaisseur de l'économie, apprécié du grand public et largement perçu en Chine comme un dirigeant tentant de résoudre les sujets de préoccupation des plus modestes, M. Li est décédé vendredi à Shanghai d'une crise cardiaque à 68 ans.

Economiste de formation, parlant couramment l'anglais, Li Keqiang (prononcer "Li Ke-tsiang") était partisan d'une politique économique pragmatique et relativement libérale, très ouverte aux investissements étrangers et focalisée sur le soutien à l'emploi.

Une ligne souvent contestée, au sommet du pouvoir, par les partisans d'une économie davantage contrôlée par l'Etat, devenue la norme sous Xi Jinping, avec lequel il a formé un duo au sommet du pays durant une décennie.

Malgré l'absence, connue, de complicité entre les deux hommes, le Parti communiste (PCC) et le gouvernement ont salué la semaine dernière dans un hommage officiel "un homme politique exceptionnel" dont le décès constitue "une grande perte" pour la nation.

Jeudi, les commémorations discrètes ainsi que la censure en ligne suggéraient une apparente volonté des autorités d'empêcher toute manifestation d'affection de grande ampleur envers Li Keqiang - souvent perçu comme l'antithèse de Xi Jinping.

Le remplacement en mars de Li Keqiang par Li Qiang, homme de confiance de Xi, avait été perçu comme un signe que son programme économique était tombé en désuétude au moment où le gouvernement resserre son emprise sur une économie en perte de vitesse.

À lire aussi

Sélectionné pour vous