Accueil Actu Monde International

Fin de la trêve, trois journalistes tués, cinq otages morts: voici où en est la guerre entre le Hamas et Israël

La guerre entre Israël et le Hamas est entrée vendredi dans son 56e jour. Voici les derniers développements.

Fin de la trêve

La trêve entre Israël et le Hamas, qui a permis la libération de 105 otages et celle de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël ainsi que l'entrée de plus d'aide humanitaire à Gaza, a expiré vendredi matin, et les hostilités ont repris.

L'armée israélienne a dit avoir frappé "plus de 200 cibles terroristes" dans la bande de Gaza.

Le Hamas et Israël se rejettent mutuellement la responsabilité de l'échec de la prolongation de la trêve, en reconnaissant notamment ne pas s'être entendus sur la liste des otages.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a également accusé le Hamas d'avoir "violé l'accord" et "tiré des roquettes" vers Israël.

Plus de 170 morts à Gaza

La reprise des bombardements israéliens dans la bande de Gaza a fait 178 morts, a annoncé le gouvernement du Hamas.
Il a indiqué par ailleurs que trois journalistes étaient morts dans les bombardements.

Dès les premières explosions vendredi matin, des milliers d'habitants du petit territoire palestinien ont repris la route des hôpitaux et des écoles devenus camp de fortune pour les déplacés, ont constaté des journalistes de l'AFP à travers Gaza.

Trois journalistes tués

Le gouvernement du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé que des raids israéliens avaient tué vendredi trois journalistes dans ce territoire palestinien.

L'un des trois journalistes est Muntasir al-Sawwaf, un caméraman palestinien employé par l'agence de presse officielle turque Anadolu qui a annoncé plus tôt son décès. Outre Muntasir al-Sawwaf, ont en outre été tués son frère Marwan al-Sawwaf, preneur de son, et Abdallah Darwish, un caméraman, selon un communiqué du bureau de presse du gouvernement du Hamas.   

Selon le texte, cela porte à 73 le nombre de journalistes tués à Gaza depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas. L'ONG Comité de protection des journalistes (CPJ) chiffrait vendredi matin à 57 le nombre de professionnels des médias tués depuis le 7 octobre.

Inquiétudes de la communauté internationale

Le Qatar, principal médiateur entre Israël et le Hamas, a exhorté la communauté internationale à agir rapidement pour mettre fin à la violence dans la bande de Gaza, tout comme le Haut-Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Volker Türk, a qualifié de "catastrophique" la reprise des hostilités.

"L'inaction est, par essence, un feu vert donné à la tuerie des enfants", a de son côté affirmé le porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), James Elder, à des journalistes.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrit un "film d'horreur" dans des hôpitaux de Gaza. "Le sol est inondé de sang et couvert de patients qui attendent de recevoir des soins vitaux", "avec les pires lésions imaginables", a dit Rob Holden, un haut responsable chargé des situations d'urgence qui se trouve à Gaza.

Cinq otages morts

L'armée israélienne a confirmé la mort de cinq otages captifs dans la bande de Gaza, a annoncé vendredi son porte-parole, Daniel Hagari, précisant qu'elle en avait informé les familles. "Ces derniers jours, l'armée et la police israéliennes ont informé de leur décès les familles des otages Eliyahu Margalit, Maya Goren, Ronen Engel et Arye Zalmanovitz", a-t-il déclaré lors d'un point de presse. "Un comité d'experts du ministère de la Santé, de l'Institut de médecine légale, du grand-rabbinat et du ministère des Affaires religieuses a établi leur mort sur la base de conclusions (d'une enquête) et d'informations de renseignement", a-t-il expliqué.  

Par ailleurs, "au cours d'une opération conjointe avec le Shin Beth (le service de sécurité intérieur), sur la base d'informations spécifiques, nous avons ramené le corps de l'otage Ofir Zarfati pour qu'il soit enterré en Israël", a-t-il ajouté. 

Poursuite des négociations

Les Etats-Unis "continuent à travailler avec Israël, l'Egypte et le Qatar sur les moyens de prolonger la trêve humanitaire à Gaza", a déclaré vendredi un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

Morts au Liban

Trois personnes, dont un membre du mouvement armé libanais Hezbollah, allié du Hamas, ont été tuées vendredi dans des bombardements israéliens au Liban, selon des sources libanaises. Le Hezbollah a revendiqué des attaques contre des cibles militaires israéliennes.

À lire aussi

Sélectionné pour vous