Accueil Actu Monde International

Philippe reproche à certains "leaders" politiques de "décapsuler" l'antisémitisme

L'ancien Premier ministre Édouard Philippe a critiqué dimanche "l'attitude d'un certain nombre de leaders actuels" qui "a pu décapsuler" l'antisémitisme en France, visant sans les nommer des responsables de La France insoumise notamment.

"Il y a toujours eu des formes d'antisémitisme en France", a relevé sur Radio J le patron du parti Horizons.

"Mais l'attitude d'un certain nombre de leaders actuels à mon avis a pu décapsuler un certain nombre de gens. A pu finalement donner le sentiment qu'on avait le droit d'exprimer son antisémitisme. Que c'était quelque chose d'acceptable, d'entendable", a-t-il déploré.

"La France a connu ces tentations. Et l'on sait où cela mène, ces tentations: ça mène à l'abject. Ce n'est pas ce que nous voulons être, ce que la France veut être", a-t-il encore martelé.

L'ancien locataire de Matignon (2017-2020) était notamment interrogé sur la position de responsables de la France insoumise sur le conflit entre Israël et le Hamas, refusant de qualifier le mouvement palestinien de "terroriste". "C'est incompréhensible et nul", a réagi M. Philippe, rappelant que "le Hamas, son objectif, c'est l'éradication totale d'Israël et des Juifs de la région".

"Je ne peux pas généraliser, je sais très bien qu'à LFI il y a des gens qui ne sont pas antisémites et sans doute certains qui le sont", a-t-il nuancé.

Mais "ça ne correspond pas à la vision de la République que je me fais (...) quand on refuse de qualifier les choses", a-t-il insisté.

M. Philippe a également souligné qu'"énormément de musulmans en France sont horrifiés par ce qu'ils voient".

"Et il y a une partie - et il faut le dire aussi - qui par identification à la guerre, (...) par détestation de l'autre, par une lecture totalement obscurantiste d'un certain nombre de textes, choisissent d'exprimer leur antisémitisme. C'est inacceptable, et c'est pénalement répréhensible, il faut lutter contre", a-t-il plaidé.

La France connaît depuis le 7 octobre, date du début du conflit entre Israël et le Hamas, un regain des actes antisémites, puisque 857 ont été recensés, soit "autant en trois semaines" que sur "toute l'année écoulée", selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin mardi.

À la une

Sélectionné pour vous