Accueil Actu

Pneus crevés et mosquée vandalisée dans un village arabe israélien

Les pneus de plus d'une centaine de voitures ont été crevés et une mosquée la cible de graffitis racistes dans un village arabe du nord d'Israël, a indiqué mardi la police israélienne qui soupçonne des extrémistes juifs.

"Les Juifs se réveillent", "Arrêtez d'assimiler" ont été tagués dans la nuit de lundi à mardi sur une mosquée et un autre édifice dans le village de Jish, aussi connu sous le nom de Goush Halav, situé dans le nord d'Israël près de la frontière avec le Liban.

La police israélienne a ouvert une enquête sur l'incident et condamné du même souffle "tous les crimes de haine nationalistes".

Selon le chef du conseil local de Jish, Elias Elias, ce n'est pas la première fois que son village, peuplé de musulmans et de chrétiens arabes, est la cible de vandalisme.

"Je ne peux imaginer ce qui se passerait si des choses comme celles-ci avaient été barbouillées sur une synagogue aux Etats-Unis ou en Europe, le monde entier serait choqué", a-t-il déclaré à l'AFP, en référence au graffiti sur la mosquée locale.

Ces actes de vandalisme semblent présenter la signature de la campagne "Prix à payer", menée par des extrémistes juifs ainsi que des activistes d'extrême droite qui se livrent à des agressions contre des Palestiniens et des Arabes israéliens.

"Je condamne fermement les graffitis et le vandalisme survenus la nuit dernière sur des propriétés du village de Jish. Nous allons retrouver les assaillants et mettre en oeuvre la loi dans toute sa rigueur. Nous n'accepterons aucune attaque contre nos citoyens", a réagi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Mais le chef de la "Liste arabe unie", regroupement de partis arabes israéliens en lice pour les élections législatives du 2 mars, a lié ces violences à M. Netanyahu accusé par ces partis de nourrir une rhétorique anti-arabe.

"Cela fait des semaines que M. Netanyahu nous envoie le message suivant: on ne veut pas de vous. Aujourd'hui, nous voyons le résultat", a déclaré mardi Ayman Odeh, chef de la "Liste arabe unie" qui avait en grande partie soutenu le rival de M. Netanyahu, Benny Gantz, lors des discussions pour la formation d'un gouvernement l'automne dernier.

Dans les derniers mois, Israël a vu une hausse des actes de vandalisme contre les Arabes israéliens. En décembre, les pneus de 160 voitures avaient été crevés en une nuit dans un quartier de Jérusalem-Est, occupée par Israël en 1967 et annexée 13 ans plus tard.

Le mois dernier, la police israélienne avait aussi lancé une chasse à l'homme à la suite de graffitis en hébreu et d'un incendie criminel dans une mosquée dans la portion orientale de Jérusalem, considérée par les Palestiniens comme la capitale de leur futur Etat.

À lire aussi

Sélectionné pour vous