Accueil Actu Régions Namur

"La crise énergétique a eu raison de l'événement": les festivités de fin d'année de Mettet sont annulées

Les festivités de fin d'année sont annulées dans la commune de Mettet, en province de Namur. Il n'y aura ni marché de Noël ni patinoire. Cette annulation a été demandé par certains habitants de la commune. Il trouvait cela aberrant, entre autres, d'installer une patinoire en pleine crise énergétique. Une pétition avait été lancée. Finalement, les organisateurs ont décidé de tout annuler.

C'était la toute première année qu'une patinoire devait être installée dans le centre de Mettet. Cependant, à la demande de certains habitants, les festivités de fin d'année n'auront pas lieu.

Virginie Depraute, citoyenne à l'origine de la demande, s'y oppose pour des raisons écologiques et économiques. "Il y a eu l'aspect donc électricité qui a augmenté et qui est devenue un peu impayable pour énormément de monde. Et je trouve que mettre une patinoire qui coûte si cher alors que les gens sont un peu serrés, c'est un peu une aberration" explique l'habitante de la commune.

Virginie a donc lancé une pétition et a récolté 2286 signatures de personnes, pas uniquement de la commune, qui s'opposent à ce projet de patinoire.

Dans un premier temps, cette opposition n'a pas fait réagir les organisateurs, mais finalement, la crise actuelle les a fait changer d'avis. Ils n'ont pas souhaité répondre en face caméra. Le moral est au plus bas. Cependant, un des membres nous a donné cette explication : " Ce n'est pas la pétition qui nous a poussés à prendre cette décision. Mais il est vrai que la crise énergétique actuelle a eu raison de l'événement. La patinoire allait nous coûter 5X plus cher que prévu. Cela remettait en cause le business plan de tout l'événement. Nous avons donc annulé à contrecœur".

"Nous avons vécu une succession crise. C'est vrai que les gens sont impactés. Le moral est touché, et même si cette patinoire n'était peut-être pas la meilleure formule, la magie de Noël en tout cas, moi, j'y crois. Je pense que des gens ont réellement besoin d'étoiles dans les yeux, cette fin d'année" déplore Françoise Léglise, la bourgmestre de Mette faisant fonction.

En cette période de morosité, la commune regrette donc la décision. Pour Virginie et les autres signataires en revanche, c'est une victoire.

"Maintenant, le principal n'était pas de gagner 'contre cette patinoire'. Ce que j'espérais surtout, c'est l'éveil des consciences. J'espérais toucher un maximum de gens et qu'ils se rendent compte que maintenant, on ne peut plus continuer à vivre comme on vit normalement. Il y a des choses qui changent et il faut que l'on s'adapte malheureusement" argumente Virginie, l'initiatrice du mouvement.

Les organisateurs promettent que l'événement aura lieu l'an prochain, mais peut-être avec une autre activité qu'une patinoire trop coûteuse en pleine crise énergétique. 

À la une

Sélectionné pour vous