Accueil Actu

Voici les deux projets les plus essentiels du plan de relance belge selon Thomas Dermine

Thomas Dermine (PS) était l'invité de Pascal Vrebos ce dimanche sur RTL TVI. Le secrétaire d'Etat fédéral pour la Relance et les Investissements stratégiques a notamment été interrogé sur le plan de relance de la Belgique. Il met en avant les deux projets qui lui semblent les plus prometteurs au sein de ce plan pour l'avenir du pays.

Pascal Vrebos: Combien de milliards avez-vous pour cette relance? Si on fait un calcul, ce serait plus ou moins 20 milliards, dont à peu près 4,5 européens. Est-ce que ce chiffre est plus ou moins exact?

Thomas Dermine: Oui tout à fait, et je comprends que ça crée un peu de perplexité parce qu'il y a différentes sources de financement. Mais au total, on parle effectivement d'environ 20 milliards, dont environ 25% sont fournis par l'Union européenne, le reste étant apporté par les différents gouvernements, les plans régionaux, le fédéral, mais aussi, et c'était très important pour nous, par les entreprises. Parce qu'il faut véritablement une dynamique entre le privé et le public pour ce plan de relance.

Pascal Vrebos: J'ai envie de vous poser une question très simple. Quels sont pour vous les deux projets qui vous semblent les plus essentiels à faire rapidement avec cette manne?

Thomas Dermine: Il y a plus de 80 projets… si j'en sélectionnais deux qui ont un intérêt, je choisirais par rapport à l'urgence énergétique. Parce que l'urgence énergétique, il faut aider le pouvoir d'achat à court terme, mais il faut préparer la transition. Donc je prendrais deux projets qui sont un peu iconiques. Le premier, c'est qu'on va créer une île artificielle en mer du Nord pour continuer à avoir en Belgique une des plus grandes capacités de renouvelable avec de l'éolien en mer. Et l'autre projet iconique que je prendrais, c'est la création d'un grand réseau de distribution d'hydrogène à travers tout le pays. Parce qu'on a des industries qu'on doit garder en Belgique, et demain, peut-être qu'au lieu de dépendre du gaz naturel qui émet du CO2, elles pourront dépendre de l'hydrogène.

Pascal Vrebos: Cette île, ça coûte combien?

Thomas Dermine: C'est un projet de 250 millions environ. C'est un des projets structurants du plan de relance.

À la une

Sélectionné pour vous