Accueil Actu Vos témoignages

"Le monde est devenu inhumain": une prise en charge à l'hôpital tourne au cauchemar pour la maman de Christine âgée de 90 ans

Via le bouton Alertez-nous, Christine (nom d'emprunt) est furieuse contre l'hôpital où sa mère de 90 ans a été placée à la suite d'un AVC. En venant lui rendre visite le lendemain, elle a retrouvé sa mère seule dans un couloir, attachée à son lit dans des conditions visiblement insalubres.

Lundi 14 octobre, la mère de Christine est transportée aux urgences d'une clinique de la région namuroise, à la suite d'une crainte d'AVC (Accident Vasculaire Cérébral). "On est arrivé aux urgences à 20h et à 1h, elle est montée en neurologie". Sachant sa maman en sécurité, Christine décide de rentrer chez elle.

Je vois ma maman à moitié nue attachée dans son lit dans le couloir, baignant dans ses excréments 

Le lendemain, elle appelle l'hôpital et on lui explique que sa maman est toujours aux urgences. Elle décide donc de se rendre sur place pour comprendre la situation. Une fois sur les lieux, Christine assiste à une scène qui l'a profondément choquée. "En arrivant, je vois ma maman à moitié nue attachée dans son lit dans le couloir, baignant dans ses excréments" explique-t-elle.

Face à cette situation, Christine décide donc d'aller se plaindre auprès du personnel. Ces derniers lui expliquent qu'il n'y avait plus de place pour elle et que cet incident est indépendant de leur volonté. "On m'a bien remise à ma place", précise Christine. Après plusieurs protestations, sa maman est finalement nettoyée et amenée dans une chambre.

Un manque de place qui pose problème

Le lendemain, Christine décide d'aller demander au médecin des nouvelles de sa maman. Celui-ci explique qu'elle va mieux et qu'elle peut envisager un retour chez elle.

C'est vraiment pour dire qu'il n'y a pas de place

Une réaction incompréhensible pour Christine, au vu de la raison pour laquelle sa maman s'est rendue aux urgences. Selon elle, cette explication du médecin insinue un message clair : "C'est vraiment pour dire qu'il n'y a pas de place".

Nous avons tenté de soumettre ces deux critiques à la clinique en question, mais elle n'a pas souhaité répondre à nos questions malgré nos relances. 

Manque de personnel chronique depuis quelques années

Aujourd'hui, la maman de Christine est retournée dans la maison de repos où elle vivait. "J'ai demandé un transfert vers l'hôpital neurologique où ma fille travaille", explique Christine. Nous avons contacté Julie (nom d'emprunt), la fille de Christine, qui est responsable du service diététique dans un hôpital neurologique du Brabant wallon.

C'est un problème récurrent

Lors de notre entretien avec Julie, celle-ci nous a expliqué que cet incident avec sa grand-mère est quelque chose de malheureusement courant. "C'est un problème récurrent. Il y a un manque de personnel et de moyens dans plusieurs hôpitaux" explique-t-elle.

Ayant réalisé 3 stages pendant ses études, Julie raconte : "Une fois, lorsque j'étais en stage, j'ai vu un monsieur assis dans un couloir avec son plateau-repas sur les genoux. Une heure plus tard, il était toujours là". Une situation qui ne semble donc pas neuve et qui épuise le personnel. "Je pense que les soignants sont un peu démunis". À l'heure actuelle, la maman de Christine est en attente d'un transfert de sa maison de repos vers l'hôpital neurologique où travaille sa fille.

À la une

Sélectionné pour vous