Accueil Actu

L'indexation du salaire des ministres passe mal: nos politiciens sont-ils prêts à la refuser et à baisser leur salaire ?

C'est une information qui avait secoué l'opinion publique: avec l'indexation, les Ministres Belges pouvaient gagner jusqu'à 10.000 euros bruts supplémentaires par an. Une indexation qui a forcément fait réagir, alors que les ménages, notamment, subissent les effets d'une inflation continue.

Ce dimanche, l'émission C'est pas tous les jours dimanche s'interrogeait sur cette indexation et sur la légitimité des salaires en politique. La semaine passée, Mathieu Michel révélait gagner entre 14 et 15.000 euro net. Sur notre plateau, Maxime Prévot, Président des Engagés, et Denis Ducarme, Député fédéral pour le MR, ont défendu l'idée d'un gel de l'indexation ministérielle.

"Les plus hauts salaires ne doivent pas faire l'objet d'indexation, ou alors il faut la rendre dégressive, et ici, on ne doit pas permettre l'augmentation salariale des Ministres", a par exemple lancé Maxime Prévoit, qui nous a expliqué gagner 8.500 euros par mois. "Je crois que le milieu politique, de manière générale, gagne encore trop d'argent", lui a répondu Denis Ducarme, visiblement sur la même longueur d'onde.

Pour lui, il faut même faire des efforts considérables, pour préserver à la fois l'image politique et faire preuve d'une réelle sobriété financière. "Je ne suis pas sûr que ce soit sur l'indexation qu'on doive le faire. Je préfèrerais qu'on dise que les Ministres vont gagner autant en moins, les députés autant en moins. A un moment donné, on va considérer que ceux qui sont dans la classe moyenne gagne également de trop et qu'ils doivent aussi être indexés, cela je m'en méfie. Je préfèrerais que l'on retranche une partie du salaire des politiques plutôt que de jouer sur l'indexation", a-t-il détaillé. Concernant son salaire, il le situe autour des 6.000 euros par mois. 

Pour Maxime Prévot, favorable à l'idée, il faut cependant nuancer l'impact concrect d'une telle mesure. "On dirait "on retire 2 ou 3.000 euros à ces salauds de ministres", comme on l'entend parfois dans la rue, cela représenterait deux millions d'euros, soit 25 centimes par an pour les habitants. Ce n'est pas ça qui va régler le problème de leurs factures. Il faut de la sobriété et une valeur d'exemple de la part des politiques, c'est indispensable, mais faisons en sorte de mettre un bouclier tarifaire pour aider les ménages", a-t-il détaillé.