Accueil Actu

PAS OU PEU DE TRAINS JUSQUE VENDREDI: la CGSP prolonge sa grève... sauvage

Ce mardi, la CGSP Cheminots a déposé un préavis de grève sur le rail pour mercredi, jeudi et vendredi.

Une réunion avec HR Rail, l'employeur juridique du personnel de la SNCB et d'Infrabel, est toujours bien prévue mercredi à 08h00. Le personnel proteste notamment contre un changement dans le calcul de ses jours de crédit, sorte de jours de récupération. "C'est la goutte qui a fait déborder le vase mais notre mobilisation dépasse cette revendication", précise Philippe Dubois, secrétaire permanent de la CGSP Cheminots pour Bruxelles.

"Notre mobilisation s'inscrit dans le contexte plus général de l'augmentation de la productivité demandée aux cheminots. Le plan Galant prévoit une augmentation de 20% de la productivité en 5 ans, ça signifie 6.000 emplois en moins", souligne Philippe Dubois. Le syndicaliste insiste: "Je ne veux pas que le public pense qu'on se bat juste pour nos jours de congé".


Parce que la direction veut punir les cheminots qui ont fait grève comme elle en a le droit

Une réunion s'était déroulée lundi/hier mais n'avait pas abouti. La direction a dit ne pas pouvoir accepter le retrait demandé de la circulaire informant le personnel du nouveau calcul des jours de crédit (et donc la perte de certains d'entre eux). Elle a prévenu que les cheminots en grève depuis mercredi dernier seraient "punis". "A partir du moment où la direction veut nous punir, c'est un bras de fer qui s'engage. C'est bien malheureux, nous sommes pour la paix sociale", affirme Philippe Dubois.

Le syndicaliste déplore également que la circulaire soit sortie au moment des examens des étudiants. "C'est une provocation. Normalement, elle devait rester au frigo mais la direction l'a sortie de son chapeau. Ce qui explique la grève émotionnelle".


Pas suivi par les autres syndicats, mais leurs affiliés pourront faire grève

Le syndicat chrétien n'appelle pas encore à la grève, au contraire de la CGSP qui a déposé un préavis pour mercredi, jeudi et vendredi. Toutefois, dès qu'un préavis est déposé, l'ensemble du personnel qui décide de faire grève est couvert, assure Marianne Lerouge, de la CSC-Transcom.


Une grève toujours sauvage

La SNCB, elle, rappelle qu'un préavis de grève doit être déposé au moins 10 jours à l'avance pour être légale. Ce préavis-ci, remis hier soir à la direction de la SNCB, n'a donc aucune valeur. Il s'agira à nouveau d'une grève sauvage.