Accueil Actu

L'avocat de l'homme qui a véhiculé Salah Abdeslam défend son client dans le RTLinfo13H: "Il l'a juste déposé dans la rue"

Trois suspects arrêtés dans le cadre de l'enquête belge concernant les attentats de Paris ont comparu jeudi devant la chambre du conseil de Bruxelles.

Il s'agit d'Ali Oulkadi, qui a reconnu avoir véhiculé Salah Abdeslam à travers Bruxelles après les attentats, Abdeilah Chouaa que Salah Abdeslam aurait cherché à contacter et Abdoullah C., qui aurait été en contact avec Hasna Ait Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, durant la période entre les attentats de Paris et l'assaut donné par les forces de l'ordre à Saint-Denis au cours duquel Abaaoud et Ait Boulahcen sont morts.

Concernant Ali Oulkadi qui a véhiculé Salah Abdeslam de Laeken à Schaerbeek, rue de la Poste. Son avocat, maître Martins insistait dans le RTLINFO 13 heures que Ali Oulkadi ne l'avait pas déposé à l'adresse de sa planque mais à quelques centaines de mètres de là, et que ce détail-là était très important: "Si vous le déposez dans une planque, cela veut dire que vous savez où est la planque, où que l'on vous indique où est la planque. Lorsqu'il le dépose dans la rue, à quelques centaines de mètres de l'endroit qui a été localisé. C'est un fait qui est vérifié, qu'on a pu vérifié par la téléphonie, par les caméras de surveillance et donc tout ce que dit Monsieur Oulkadi est vérifié par des éléments concrets et matériels. Il n'y a pas une ligne de mensonge qui peut-être constatée dans son récit." 

De plus, Ali Oulkadi a reconnu avoir été appelé le samedi 14 novembre par Hamza Attou, qui était allé chercher Salah Abdeslam à Paris. Ce dernier lui a demandé s'il pouvait aller chercher un ami à la station de métro Bockstael, à Laeken. Oulkadi aurait ignoré qu'il s'agissait de Salah Abdeslam et l'aurait seulement découvert une fois arrivé à Laeken.

Oulkadi, Attou et Abdeslam se sont ensuite rendus dans un café de Schaerbeek, où Salah Abdeslam a reconnu être impliqué dans les attentats de Paris. Oulkadi l'aurait alors déposé à une adresse inconnue de Schaerbeek mais ne serait pas impliqué lui-même dans les attentats. Abdeilah Chouaa conteste, pour sa part, toute implication dans les attentats.

Le soir du 13 novembre, Salah Abdeslam aurait appelé Naïm B., un détenu de la prison de Namur, car il disposait du numéro de GSM de Chouaa. Salah espérait vraisemblablement que Chouaa l'aide à obtenir une nouvelle identité. Les avocats d'Oulkaidi et de Chouaa ont plaidé la remise en liberté de leurs clients. L'avocat d' Abdoullah C. n'a pas souhaité faire de déclaration.