Accueil Actu

Kate Middleton: comment se débarrasser des paparazzi ?

Kate Middleton est dans la ligne de mire des paparazzi depuis ses fiançailles avec le prince William, mais les leçons de la furie médiatique autour de Lady Diana ont été tirées et la future mariée sera mieux protégée, estiment les spécialistes.

Depuis l'annonce des fiançailles en novembre, la brune piquante de 29 ans fait la Une des journaux populaires plus souvent qu'à son tour, et la pression monte à l'approche du mariage le 29 avril. "Elle est sur notre liste prioritaire, à égalité avec Brad Pitt et Angelina Jolie", témoigne Joe Sene, rédacteur en chef d'une agence spécialisée dans le "people", Splash News and Picture Agency.

Relation apaisée ente les médias et la royauté

Mais depuis la disparition de Lady Di, la mère de William, qui était constamment filée par les photographes de la presse à scandales, les relations entre les médias et la royauté se sont apaisées. "Il y a des gens dans l'entourage de William et Kate qui comprennent les besoins des médias et du public", observe Max Clifford, conseil en relation publiques d'innombrables célébrités.

Un accord a été conclu

Il s'attend à ce que la presse respecte l'intimité du couple "pendant un an ou deux, pourvu qu'on leur donne suffisamment d'occasions pour faire des photos et des interviews". L'entourage de la famille royale a compris que pour s'attirer les faveurs des médias, il fallait leur ménager un accès au couple princier, souligne Max Clifford à l'AFP.

A l’amiable

"C'est comme cela que la famille royale peut être populaire, et que la monarchie peut continuer de régner sur ce pays", ajoute-t-il. En échange de cet accès maîtrisé, les journaux britanniques ont convenu de ne pas publier de photos de la vie quotidienne de William et Kate. Ce "gentlemen's agreement" a bien fonctionné, et la plupart des photos publiées portent sur des sorties officielles, comme la visite du couple à l'Université de St Andrews où il s'est rencontré. "Une fois que vous avez saturé le marché avec ces photos, cela réduit l'espace pour les photos de paparazzi", observe le photographe de la royauté Ian Jones.

"L’affaire" Diana a servi de leçon

Le climat dans les rédactions a également changé depuis l'accident de voiture fatal de Diana précédé d'une course poursuite avec les paparazzi, à Paris en 1997. "Le niveau d'intrusion dans la vie privée a énormément baissé, le code de conduite des journaux a été durci et reconnaît clairement le droit à l'intimité", souligne Bob Satchwell, directeur de la Société des rédacteurs.

Une législation renforcée

"Nous comprenons l'intérêt des médias pour le couple, et spécialement pour Mlle Middleton, mais nous pensons avoir réussi à ménager une relation saine avec les médias" se félicite un porte-parole du Palais. Pour Jenny Afia, du cabinet d'avocats spécialistes des médias Schillings, "les accords volontaires marchent bien, parce que les médias comme "Hello!" n'ont pas intérêt à s'aliéner la monarchie." Qui plus est, Kate bénéficie d'une meilleure protection que Diana du fait du renforcement de la législation sur la vie privée.

Une surveillance de chaque instant

Les coups de canif n'ont toutefois pas manqué. En 2007, elle a porté plainte pour une photo publiée dans le Daily Mirror. Le tabloïde a présenté des excuses. Des lettres de mises en garde auraient également été envoyées après que les photographes l'aient mitraillé à la sortie de son domicile pour son 25e anniversaire.

Sa conduite doit être irréprochable

Et l'an dernier, les avocats de la jeune fille ont menacé de poursuivre l'agence Rex Features si elle distribuait une photo d'elle en train de jouer au tennis dans le sud-ouest de l'Angleterre. Elle a obtenu des dommages et des excuses, et les photos n'ont pas été publiées au Royaume Uni. "Mais s'il y a une histoire fantastique qui vaut le coup de compromettre l'accord, le media ne pourra pas résister", lance Jenny Afia.