Accueil Actu

F1: Verstappen en pole au Japon et en route pour le titre

Cette fois, on y est: en partant depuis la pole position dimanche au Japon, Max Verstappen (Red Bull) a une belle chance de s'offrir un deuxième titre de champion du monde d'affilée en Formule 1.

Une victoire et le point du meilleur tour en course: voilà le scénario idéal qui assurerait le sacre au Néerlandais. Il a battu de 1/100e de seconde seulement Charles Leclerc (Ferrari) et partira devant le Monégasque en première ligne dimanche.

"Je ne pense pas vraiment (au titre), je prends les choses comme elles viennent", a déclaré Verstappen, 25 ans et une semaine, pour qui "l'important est d'avoir une voiture compétitive et c'est clairement le cas".

D'autres résultats peuvent aussi le voir couronné, en fonction de la performance de ses deux poursuivants au championnat: il doit prendre huit points de plus que Leclerc et six de plus que son équipier chez Red Bull, Sergio Pérez, distancés pour l'instant de 104 et 106 points respectivement.

"Bien sûr, très heureux d'être en pole, mais aussi super heureux d'être de retour ici", a réagi Verstappen. Il signe sa première pole à Suzuka, la 5e cette saison et la 18e de sa carrière.

Le Japon aura droit à une course à guichets fermés, avec 90.000 fans, pour son premier Grand Prix depuis 2019, après deux saisons d'absence en raison de la pandémie. Au total depuis vendredi, 190.000 spectateurs auront assisté à l'événement.

- Pénalité évitée -

Verstappen a failli perdre sa pole pour avoir gêné Lando Norris (McLaren) en dernière partie des qualifications (Q3), en raison d'un mouvement non maîtrisé qui a obligé le Britannique à sortir légèrement de la piste pour l'éviter.

Mais la direction de course a finalement estimé que cela ne valait pas de pénalité, juste une réprimande.

"Je conduisais assez lentement, j'ai voulu accélérer mais mes pneus étaient un peu froids, donc j'ai eu un moment compliqué. Et bien sûr, Lando essayait de me dépasser au même moment, donc il a dû m'éviter légèrement. Mais heureusement, il ne s'est rien passé", avait minimisé Verstappen.

Selon Norris, il est "assez clair" en revanche que Verstappen a essayé de l'empêcher de le doubler.

"Il aurait fait la même chose s'il avait été dans ma situation, mais je n'aurais pas fait un mouvement vers lui si j'avais été dans sa situation", a-t-il continué pour Sky F1, estimant que Verstappen méritait "évidemment" une pénalité.

Carlos Sainz (Ferrari) et Pérez partiront en deuxième ligne dimanche à 14h00 locales (07h00 françaises, 05h00 GMT), suivis par Esteban Ocon (Alpine) et Lewis Hamilton (Mercedes).

Devant son public, le Japonais Yuki Tsunoda débutera à la 13e place.

Sebastian Vettel (Aston Martin), qui prendra sa retraite à la fin de l'année, a profité de sa qualification à la 9e place pour saluer le public de son circuit préféré: "Arigato gozaimasu (merci beaucoup en japonais), cet endroit va me manquer", a déclaré l'Allemand aux quatre titres mondiaux entre 2010 et 2013, qui a gagné quatre fois ici.

- Possible pluie dimanche -

Après des premiers essais libres pluvieux peu significatifs vendredi, dominés par Fernando Alonso (Alpine) puis George Russell (Mercedes), Verstappen a remis les pendules à l'heure samedi sur piste sèche.

"Mad Max" l'avait annoncé vendredi soir: "Tout repart à zéro sur le sec". Les écuries savaient que les conditions des qualifications allaient être différentes, avec aucune précipitation sur le circuit de 5,807 km considéré comme l'un des plus techniques du calendrier.

Sur le seul tracé qui présente une configuration en forme de 8, une section passant sous une autre, Verstappen a pris les devants.

Mais les essais sur piste mouillée pourraient avoir leur importance: les prévisions font état de 40% de chances de pluie dès le début de la course, et jusqu'à 80% de chances en fin de course.

"La pluie pourrait offrir des opportunités", a souligné Hamilton, qui redoute que la course ne soit "pas la plus palpitante si le temps est sec".