"Le port d'Anvers est surveillé par une centaine de personnes"

Drogue

(Belga) Plusieurs services luttent contre le trafic de drogue au port d'Anvers avec au total près d'une centaine de personnes mobilisées, a indiqué mardi soir le cabinet du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), en réaction à une lettre ouverte d'une représentante syndicale de l'administration des Douanes et Accises.

Karin Van Hoffelen, membre de l'Acod (CGSP flamande) et par ailleurs tête de liste Groen à Brecht (province d'Anvers), a adressé une lettre ouverte au bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, dans le contexte des déclarations controversées de ce dernier sur l'influence de la mafia de la drogue à Anvers. "Pour surveiller le port avec des patrouilles sept jours sur sept et 24 heures sur 24, on pourra compter bientôt sur précisément 22 personnes", écrit-elle. Mme Van Hoffelen oublie de compter les services de police et le personnel des firmes privées, a réagi le cabinet de M. Van Overtveldt. De plus, l'équipe de surveillance des Douanes est composée de 26 et non 22 personnes, a précisé celui-ci. Certes, mais plusieurs collègues vont partir prochainement, lui a répondu la représentante syndicale. Dans le cadre du Brexit, de nouvelles personnes doivent être engagées mais la procédure va prendre plusieurs mois, a-t-elle ajouté. D'après cette dernière, les services de douanes manquent d'équipements. "A peine 0,5% des conteneurs du port d'Anvers peuvent être contrôlés." Les contrôles sont effectués sur la base d'une analyse des risques, se défend de son côté le cabinet, qui chiffre à 1,6% le nombre de conteneurs importés physiquement contrôlés, "un pourcentage comparable à celui des pays voisins". Ces dernières années, 8 millions d'euros ont été investis pour acheter de nouveaux scanners ou optimiser ceux existants et 4 millions d'euros ont été consacrés au renouvellement de la flotte de voitures. Prochainement, 4,1 millions d'euros seront encore investis, a souligné encore le cabinet. (Belga)

Vos commentaires