En ce moment
 
 

4000 emplois sacrifiés chez Infrabel d'ici 2020: "On va vers une amplification des problèmes rencontrés sur le rail", réagissent les syndicats

4000 emplois sacrifiés chez Infrabel d'ici 2020:

Chez Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge, ce sont près de 4.000 emplois qui pourraient passer à la trappe d'ici 2020. C'est ce que prévoit un plan d'entreprise, cité ce matin par l'Echo. La fusion des filiales du groupe devrait, en effet, engendrer une baisse de 27% de l'emploi, sans licenciement sec. Pour les syndicats, c'est l'état du réseau, et donc les usagers, qui vont en pâtir.

L'inquiétude au sein du personnel s'amplifie. Le prochain plan d'entreprise d'Infrabel 2016-2020 devrait entraîner la suppression de près de 4000 agents. Cette réduction de l'effectif se ferait à travers la fusion de certaines filiales et au sein de la maison mère. Pour les syndicats, ces choix auront des conséquences directes sur les voyageurs. Pierre Lejeune, secrétaire national CGSP cheminots exprimait ses craintes dans le RTLinfo 13H: "C'est évidemment moins d'entretien. Qui dit moins d'entretien, dit une amplification des problèmes rencontrés sur le rail, rencontrés aussi dans l'infrastructure et donc des retards, des trains supprimés. Ce sera malheureusement le quotidien des navetteurs. On continue dans cette voie-là", déplore le syndicat.

Sur le fond, Infrabel ne conteste pas la nécessité de faire des économies et de réduire sa charge salariale. Mais le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire préfère ne pas réagir devant notre caméra. Il se contente de ce communiqué.

Grab_20170110_135648_356


"On n'a déjà pas atteint tous les objectifs de recrutement qui sont nécessaires au bon fonctionnement de l'entreprise aujourd'hui. Vous vous rendez compte de l'effort qu'il y a encore à faire et si en plus, cette tendance continue à s'accroître d'ici 2020, l'emploi d'Infrabel va se réduire comme une peau de chagrin. On ne peut pas continuer dans cette perspective".

Les représentants des cheminots précisent qu'il manque déjà 500 agents pour gérer correctement le réseau. Le plan 2016-2020 n'est pas encore validé par le conseil d'administration, mais personne ne se fait d'illusion.

Vos commentaires