Daniel Bacquelaine fait le point sur les pensions: qu'y a-t-il de nouveau ?

Le Ministre fédéral en charge des pensions, Daniel Bacquelaine (MR), était l'invité de Martin Buxant sur BEL RTL mercredi matin. ll a évoqué une nouvelle augmentation de la pension minimum, mais attention, elle ne concerne que ceux qui peuvent prétendre à une carrière complète, soit 45 ans de travail. Ces personnes sont de moins en moins nombreuses. D'après nos chiffres, il s'agit de 10%, soit environ 200.000 des 2.000.000 de pensionnés.

"Je viens de signer l'arrêté royal qui permet d'augmenter la pension minimum pour la 5e fois (ce sera effectif le 1er mars). Je rappelle qu'on a jamais autant augmenté la pension minimum que sous cette législature. Et le Parlement a voté la réduction ou la suppression de la cotisation de solidarité qui touche 200.000 pensionnés", ce qui va augmenter leurs revenus. 

Si on fait le bilan, depuis l'entrée en fonction du gouvernement Michel en octobre 2013, la pension minimum pour un travailleur salarié isolé ayant eu une carrière complète aura ainsi progressé de 130,61€ par mois. Celle d'un travailleur indépendant isolé de 193,01€. On le rappelle, ces chiffres ne concernent que ceux qui ont travaillé durant 45 ans, soit 10% des pensionnés.

D'autres cadeaux fiscaux en vue

De plus, "hier encore, la commission des finances a voté la suppression du piège fiscal. On a fait en sorte que toute augmentation brute de la pension se traduise par une augmentation nette", a déclaré Daniel Bacquelaine. Attention, à nouveau, ce texte doit encore être approuvé par une majorité parlementaire, d'après nos informations. 

"On a supprimé également le piège à l'activité. Pour tous ceux qui décident de continuer une activité après la pension, et il y en a de plus en plus, il n'y avait pas de pénalisation au niveau de la pension, mais dorénavant il n'y aura pas de pénalisation au niveau fiscal non plus", a déclaré le ministre, qui rappelle que "durant cette législature, on a sauvé le système de pensions pour les générations futures".

Vos commentaires