En ce moment
 
 

Assurances: conseils si on veut déjà réserver ses vacances

 
 

Wauthier Robyns, le porte-parole de l'union professionnelle des entreprises d'assurance (Assuralia), était l'invité du RTL INFO Bienvenu ce mardi. Il a répondu à cette question.

Peut-on déjà réserver des billets d'avion et des chambres d'hôtel? Oui pour le spécialiste, mais "la flexibilité est véritablement la chose qu'il faut rechercher, c'est-à-dire au moment de faire son choix, de voir si on a des possibilités d'annuler sans frais, de changer de destination, de changer de dates, et bâtir ses projets sur cette flexibilité et donc ne pas engager ses billes sur des frais que l'on aurait aujourd'hui et qu'on ne pourrait pas récupérer par la suite. Je crois que dans le monde du voyage on rencontre aujourd'hui des offres qui permettent effectivement de s'engager dans un projet mais de garder toute liberté si les mesures sont telles qu'il est impossible de se déplacer, ou de se déplacer vers les destinations que l'on avait comme rêve."

Toujours penser à l'assurance annulation

Une assurance est incontournable vu le contexte: "A partir du moment où on engage des frais il y a l'assurance annulation. C'est la première assurance à laquelle on pense en matière de voyage pour récupérer les frais que l'on perd par exemple si on tombe malade, si on a un décès dans la proche famille, si on a un sinistre majeur dans son habitation, si on est licencié, ... Si vous-même ou un des compagnons de voyage a le Covid et que le voyage est impossible pour cette raison, l'assurance va intervenir", a-t-il détaillé. Mais attention, cette assurance annulation "n'intervient pas pour les situations dans lesquelles il est impossible de voyager tout simplement parce qu'on n'a pas le droit de franchir les frontières où que le pays vers lequel on souhaitait voyager interdit l'accès à son territoire comme c'est le cas pour les Etats-Unis."

Les assureurs plus frileux qu'au début de la crise du Covid

Les compagnies d'assurance avaient pourtant tout prévu l'an dernier avec la pandémie. "Il y avait des assureurs qui avaient été très loin, jusqu'à proposer quasiment des assurances annulation tous risques qui pouvaient comporter par exemple le risque d'émeutes dans un pays, le risque d'épidémies dans un autre pays, de désordre dans dans un troisième pays ; et là les assureurs sont revenus à une liste plus classique de situations dans lesquelles la garantie est acquise avec en tête les maladies, les accidents et les décès de la personne qui voyage et de ses compagnons de voyage."

L'assurance totale est donc de plus en plus rare mais "on va toujours trouver une liste d'une vingtaine à une trentaine de situations. Ca va très loin. Il y a par exemple le risque pour un étudiant d'avoir une deuxième session, qui est quelque chose qu'on trouve dans pas mal d'assurances annulation aujourd'hui. Mais je dirais qu'aujourd'hui, les assureurs font attention aux risques dans lesquels il y a des situations de cumul. Pour un assureur c'est facile de couvrir des appendicites, ce n'est jamais beaucoup de personnes en même temps qui ont des appendicites. Ce n'est pas quelque chose qui se déclenche comme une épidémie. Par contre le Covid, par contre un tremblement de terre vers une destination prisée, là c'est beaucoup de gens en même temps qui feraient appel à l'assurance et c'est en raison de ce risque de cumul que les assureurs sont plus prudents", détaille Wauthier Robyns.

Les assurances ne couvrent pas tout : voir les conditions d'annulation des logements

Parfois, les assurances n'interviennent tout simplement pas. Par exemple si on loue une maison en France et puis deux jours avant le départ une interdiction de voyage pour aller en France tombe. Vous ne serez alors "pas remboursé par les assurances" mais peut-être par le propriétaire. "Là je crois qu'il faudra faire attention aux conditions qui sont proposées par le loueur ou par la plateforme de location pour voir quel sera le sort qui sera fait à la personne qui a fait une réservation et qui se retrouve confrontée à une décision des autorités."

Quant au choix de réserver ses vacances soi-même ou via une agence, les risques sont les mêmes. "L'essentiel est de savoir quelles sont les conditions : jusque quand est-ce qu'on peut annuler sans frais et quels sont les frais qui vont être comptés si on doit annuler malgré tout? Par exemple les taxes d'aéroport si on ne voyage pas elles doivent être remboursées par la compagnie aérienne. La compagnie aérienne peut garder le prix du transport si ça faisait partie de ses conditions de vente mais les taxes aéroport c'est quelque chose de différent qu'il faut rendre au passager qui n'a pas pu utiliser les services de l'aéroport."

Revoir ses assurances tous les 2 ou 3 ans

Le conseil du professionnel pour faire le tri dans ses assurances, leurs conditions et bien voir ce à quoi on a droit? "Je crois que l'essentiel c'est d'avoir un véritable contact, d'avoir un point de contact. Ca peut être un agent, ça peut être un courtier, ça peut être un représentant de la compagnie, ça peut éventuellement être un chat box avec les possibilités qui sont offertes aujourd'hui sur les sites Internet, mais l'idée de remettre sur la table de temps en temps ces assurances une fois tous les deux ou trois ans c'est quelque chose qui permet d'avoir des assurances qui représentent les risques que vous avez avec les changements de la vie (des enfants qui quittent la maison, un grenier qu'on aménage, une voiture qui ne roulent plus que moins de 10.000 kilomètres par an, ...) et on peut donc adapter les assurances de façon à en avoir véritablement pour son argent."


 




 

Vos commentaires