En ce moment
 

Les primes d'assurance incendie de plus en plus chères: pourquoi ?

Les assurances incendies coutent de plus en plus cher. Leur prix a augmenté de 30% en 7 ans. Simplement parce que les couvertures de risques proposées sont plus larges qu'avant. Elles comprennent notamment les dégâts des eaux. C'est une des explications.

Vous avez peut-être ouvert de grands yeux en recevant votre facture d'assurance incendie. Les primes sont de plus en plus cher. Vous payez en moyenne 30% de plus qu'il y a 7 ans. Le pot des assurances incendies en Belgique en 2016 était d'un milliard 800 millions d'euros. Pourquoi ces primes ont-elles explosé? La dernière augmentation très importante remonte à 2007 où une loi a rendu obligatoire la couverture du risque de tremblements de terre et d’inondations. On a vu à ce moment-là les assurances augmenter d’environ 10%. Autre facteur d’augmentation des primes, l’indice des prix à la construction, pour calculer le prix d’une reconstruction. Il est calculé tous les six mois et il est à la hausse. Patric Cauwert de la fédération des courtiers en assurances était au micro de Bel RTL ce matin. Il explique: "Si quand votre maison brûle, on vous paie ce qu’elle coûtait il y a 10 ans en reconstruction, vous n’allez pas être d’accord. Il est évident que la prime doit suivre le prix de la maison."


Un marché porteur

Les assurances incendie-habitation couvrent de nombreux autres risques : tempêtes, catastrophes naturelles, dégâts des eaux, mais aussi le terrorisme. "Le terrorisme dans une villa du Brabant wallon, il y a peu de risque. Mais le terrorisme est une couverture qui est solidaire. Si vous êtes exposé dans un endroit en plein Bruxelles, c’est impayable. Le législateur a solidarisé le coût du terrorisme dans toutes les assurances et particulièrement dans celle du bâtiment", ajoute Patrick Cauwert. Seule solution pour gagner quelques euros : comparer et faire jouer la concurrence. Wauthier Robijns, porte-parole d'Assuralia, indique: "Comme c’est un marché qui se porte plutôt bien, l’idée de comparer les garanties et les prix est un conseil qu’on peut toujours donner aux gens tous les deux ou trois ans. Ne pas simplement laisser jouer la tacite reconduction, mais aller voir si son contrat correspond encore bien à ce que le marché fait de mieux en termes de qualité et en termes de prix."

Vos commentaires