En ce moment
 
 

Coronavirus: conséquence de la crise, difficile pour les étudiants de trouver un job cet été

 
CORONAVIRUS
 

La crise sanitaire engendrée par la pandémie de coronavirus a également de nombreuses conséquences sur l'économie. Certains étudiants ont beaucoup de difficultés à trouver un job cet été. Un étudiant sur quatre qui aurait dû normalement travailler en juillet n'a pas trouvé de job. "J'avais prévu plein de trucs mais après avoir fait plein de démarches pendant 3, 4 semaines, on nous dit qu'il y a très peu de chance d'être pris", regrette Diego-Manuel à Charleroi. Le fils de Kristen a eu un peu plus de chance : "Il a trouvé 2 jours, un petit job en plonge dans un restaurant mais ça s'est arrêté là".

Les jobs étudiant permettent d'acquérir de l'expérience mais aussi de gagner nu peu d'argent pour se faire plaisir ou financer des études. Mais les secteurs qui engagent beaucoup de jeunes n'ont pas besoin de main d'œuvre, notamment dans l'Horeca. "Personnellement, je préfère faire travailler mes ouvriers qui sont là toute l'année, que de devoir prendre des étudiants, explique Luc Devert, gérant d'un restaurant. Et même cette année-ci, quand ils ont pris des vacances parce que la clientèle, malheureusement, n'est pas encore revenue complètement. Je ne peux pas me permettre de faire des frais supplémentaires".

Activités au ralenti

Autre secteur se passant des jeunes jobbistes cet été : les commerces non alimentaires. Des étudiants viennent régulièrement déposer des CV dans cette boutique de prêt-à-porter de Charleroi, mais la responsable n'en a pas besoin malgré les soldes. Angela Cannizzaro, la gérante du magasin a d'habitude recours aux travailleurs étudiants : "En général, ils viennent une à deux semaines pour les congés mais là avec le Covid et la baisse de la fréquentation, j'ai fait appel à eux seulement deux jours mais ce n'était pas grand chose comme heures".

Les besoins sont également moins importants dans les parcs d'attraction ou le secteur événementiel. "Si vous prenez les traiteurs avec les organisations de mariage, les grands festivals, les grands événements, ce sont de grands employeurs d'étudiants et cette année, on est à 0", constate Thierry Evens, porte-parole de l'Union des classes moyennes (UCM).

Quelques exceptions tout de même avec le maintien des emplois étudiants dans les commerces d'alimentation, la logistique ou encore les soins de santé. Des secteurs à privilégier pour tenter de décrocher un job avant la fin de l'été.

 




 

Vos commentaires